AccueilCarte du siteIndex du siteComment utiliser ce siteLexiqueContactez-nousRemerciements Image
Le Canada en devenir
Le Canada en devenirAboriginals: Treaties & Relations
Sources primaires
Ressources du professeur
Consultation rapide
Événements et sujets spécifiques
Cartes & images
English
Image
Image
Thèmes:
Histoire de la constitution
Image
Autochtones : Traités et relations
1492 - 1779
1763 - 1791
1764 - 1836
1811 - 1867
1867 - 1870
1871 -1875
1876 -1877
1878 - 1898
1899 - 1922
1923 - 1950
1951 - 1981
1982 - 2003
Sources

Pionniers et Immigrants
Image
Image

Photographe : Station de quarantaine pour la petite vérole, à Dawson, dans le Yukon / Archives nationales du Canada / PA-022500
Droit d'auteur/Source

1871 - 1875 : Les cinq premiers traités numérotés

Alors que plusieurs nations autochtones étaient sceptiques quant à leurs rapports avec le nouveau gouvernement fédéral, ils avaient peu de choix. La décroissance des troupeaux de bisons a placé plusieurs nations au bord de l'extinction. La colonisation européenne risquait également de leur faire perdre leur culture et leur mode de vie. Pour survivre, beaucoup d'autochtones ont négocié la cession de leurs terres en échange de très peu de choses : de l'argent et des provisions. Le gouvernement ne leur laissa que de petites réserves, souhaitant qu'ils en cultivent les terres.

Pendant ce temps, des traités d'impact mineur furent signés dans le centre et l'est du Canada tout au cours de cette période, par lesquels les autochtones cédèrent des parcelles de terres sur leurs réserves pour la colonisation blanche, des phares et des champs de tir.

Sujets abordés dans cette section :

Les traités numéros 1 à 5, 1871 - 1875
La révision des traités numéros 1 et 2, 1875
Autres traités
Autres documents intéressants ou importants

Les traités numéros 1 à 5
Les traités numéros 1 à 5

Les traités numéros 1 à 5, 1871 - 1875
Les cinq premiers traités numérotés, connus aussi sous les noms de traités de cessions de terres ou traités d'après la Confédération, touchaient des régions faisant partie de ce qui étaient, à l'époque, la nouvelle province du Manitoba et les Territoires du Nord-Ouest. Ces régions correspondent aujourd'hui au nord-ouest de l'Ontario et au sud des provinces du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta.

Le but de ces traités était de se procurer des terres autochtones pour la colonisation européenne et le développement agricole et industriel. Dans les termes des documents des traités, les autochtones devaient céder leurs droits territoriaux « pour toujours ».

Typiquement, le gouvernement fournissait des produits agricoles et des vêtements neufs pour encourager les autochtones à transformer leur mode de vie basé, selon les Européens, simplement sur la chasse et la cueillette pour devenir une société pionnière d'agriculteurs indépendants, tout comme leurs contreparties européennes.

En retour de l'abandon de leurs droits territoriaux, les autochtones recevaient :

  • Des terres sur des réserves pour vivre. Chaque famille de cinq recevait, en général, à peine 600 mètres carrés de terre. Dans le cas des traités numéros 3 et 4, mais seulement ceux-là, les autochtones ont réussi à négocier l'obtention de 2,5 kilomètres carrés de terres pour chaque famille de cinq.

  • De l'argent dont le montant différait d'un traité à l'autre. Mais, en général, le montant alloué augmentait généralement d'un traité à l'autre, car les autochtones se montraient de plus en plus exigeants.

  • Une allocation pour des couvertures et de l'équipement de chasse et de pêche.

  • De l'aide agricole.

  • Des écoles sur les terres de la réserve aussitôt que cela était demandé par les autochtones.

  • Un recensement pour vérifier le nombre d'autochtones vivant dans chaque bande, surtout pour des raisons de compensation financière.

  • Le droit de chasser et de pêcher sur toutes les terres cédées et non utilisées pour la colonisation ou l'exploitation forestière ou minière. Cependant, cette promesse n'apparaît par écrit qu'à partir du traité numéro 3.

  • Le gouvernement se réserva le droit de construire des édifices publics, des routes et d'y effectuer d'autres travaux essentiels reliés à l'infrastructure.

En retour des articles mentionnés ci-dessus, les autochtones devaient promettre de garder la paix et de sauvegarder la loi et l'ordre, et de ne jamais posséder d'alcool sur leurs réserves. Les Européens considéraient que l'alcool exerçait une influence corruptrice sur les peuples autochtones. De plus, il y avait un fort sentiment de prohibition durant la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Le saviez-vous ?

Certaines nations autochtones ont refusé, dans un premier temps, de signer ces traités mais ont, par la suite, décidé d'y ajouter leur signature. Ceci s'appelle une adhésion.


Image
 

Traité numéro 1, 1871
(Courtoisie du ministère des Affaires indiennes et du Nord Canada)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Traité numéro 2, 1871
(Courtoisie du ministère des Affaires indiennes et du Nord Canada)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Traité numéro 3, 1873
(Courtoisie du ministère des Affaires indiennes et du Nord Canada)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Adhesion of Lac Seul Indians, 9th June 1874
(Traité numéro 3)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Traité numéro 4, 1874
(Courtoisie du ministère des Affaires indiennes et du Nord Canada)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Adhesion of the Fort Ellice Saulteaux Indians
(Traité numéro 4)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Adhesion of Saulteaux and Assiniboine Indians
(Traité numéro 4)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Adhesion of Cree, Saulteaux and Assiniboine Indians
(Traité numéro 4)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Traité numéro 5, 1875
(Courtoisie du ministère des Affaires indiennes et du Nord Canada)

LIRE le sommaire
Image

La révision des traités numéros 1 et 2, 1875
Malgré le fait que les autochtones avaient cédé leurs droits territoriaux « pour toujours », les traités numéros 1 et 2 furent renégociés et modifiés en 1875. Les Chippewas qui avaient signé ces premiers traités étaient, depuis lors, irrités par le fait que les promesses verbales faites par les représentants du gouvernement en 1871 n'avaient pas été incluses dans les traités écrits. Ils se sont mis à côtoyer d'autres autochtones de la région dans le but de les dissuader de signer de pareils traités.

À la fin, le gouvernement fédéral s'est décidé à contrecœur d'accorder plus d'argent, de vêtements et d'équipements de ferme aux autochtones qui avaient signé les deux premiers traités numérotés. En retour, les Chippewas devaient s'engager à laisser tomber toutes leurs revendications au sujet des promesses « extérieures » ou verbales.

Image
 

Memorandum, 27th April, 1875

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Privy Council Report on the Memorandum, 30th April, 1875

LIRE le sommaire
Image

Pour plus d'information sur les traités numérotés, visitez le site:

Autres traités

Aquarelle : Un des garçons / Archives nationales du Canada / C-114490
Droit d'auteur/Source

D'autres traités furent signés dans le centre et l'est du Canada à la fin des années 1860 de même que durant les années 1870. Ces traités avaient peu d'importance en comparaison des traités numérotés, mais ils sont néanmoins intéressants.

Par exemple, au début des années 1870, les Micmacs du Nouveau-Brunswick ont cédé à la province des terres sur une de leurs réserves pour la colonisation blanche. D'autres exemples touchent des traités qui permettent la construction de phares et de champs de tir sur des terres autochtones.

Image
 

Micmac yield land on Bouctouche reserve, NB, Sept. 3, 1870

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Micmac yield land on Bouctouche reserve, NB, May 4, 1871

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Aboriginal land ceded for lighthouse on Lake Simcoe, Ont., Mar. 24, 1874

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Aboriginal land ceded for shooting range on Walpole Island, Ont., 1875

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Maps of Boutouche Micmac reserve land

 
Image


Autres documents intéressants ou importants

Page précédente

Image
Image
  ImageHaut de page Image
Image Image
Image