AccueilCarte du siteIndex du siteComment utiliser ce siteLexiqueContactez-nousRemerciements Image
Le Canada en devenir
Le Canada en devenirAboriginals: Treaties & Relations
Sources primaires
Ressources du professeur
Consultation rapide
Événements et sujets spécifiques
Cartes & images
English
Image
Image
Thèmes:
Histoire de la constitution
Image
Autochtones : Traités et relations
1492 - 1779
1763 - 1791
1764 - 1836
1811 - 1867
1867 - 1870
1871 -1875
1876 -1877
1878 - 1898
1899 - 1922
1923 - 1950
1951 - 1981
1982 - 2003
Sources

Pionniers et Immigrants
Image
Image

Aquarelle : La pêche à Sault-Sainte-Marie (Ontario) / Archives nationales du Canada / C-114501
Droit d'auteur/Source

1923 - 1950 : Les traités de Williams et les ententes de transferts territoriaux

Cette période fut décisive dans l'histoire des autochtones du Canada. Bien que les traités Williams aient remédié à plusieurs erreurs dans les ententes de cessions de terres dont certaines remontaient aux années 1700, ces traités avaient un prix : les autochtones allaient perdre complètement leurs droits de chasse et de pêche sur les terres cédées. Qui plus est, certaines provinces de l'Ouest ont reçu de nouveaux pouvoirs pour gouverner les territoires de chasse et de pêche. C'est toutefois au cours de cette même période que les autochtones ont commencé à montrer ce dont ils étaient capables en organisant des mouvements de protestations.

Sujets abordés dans cette section :

Les traités de Williams, 1923
L'interdiction des pow-wows, 1925
Les ententes provinciales de transferts territoriaux, 1930
Les mouvements de protestations autochtones
Autres liens intéressants ou importants

Les traités de Williams, 1923

Région des traités de Williams
Région des traités de Williams

À la fin de 1923, des traités furent signés concernant les revendications territoriales autochtones demeurées en suspens dans le sud et le centre de l'Ontario. Les traités visaient quelque 28 000 kilomètres carrés de territoire. Certaines régions avaient été illégalement saisies avant la fin des années 1700 par le biais de traités laissés en blanc - c'est-à-dire, des traités où les autochtones n'avaient rien signé d'autres qu'une feuille de papier blanc.

Comme dans les traités numérotés qui ont précédé les traités Williams, les autochtones ont reçu de l'argent en échange de la cession officielle de ces terres. Mais ils ont perdu leurs droits de chasser, de pêcher ou de piéger sur tout le territoire cédé. Les plus grandes craintes de beaucoup d'autochtones de l'Ouest s'étaient finalement réalisées : le gouvernement semblait dire clairement qu'il n'était pas intéressé à protéger leur mode de vie.

Image
 

Traités de Williams, 1923 - Indiens Chippewas
(Courtoisie du ministère desAffaires indiennes et du Nord Canada)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Traités de Williams, 1923 - Indiens Mississaugas
(Courtoisie du ministère des Affaires indiennes et du Nord Canada)

LIRE le sommaire
Image

L'interdiction des pow-wows, 1925

Photographe : Danse indienne du soleil / Archives nationals du Canada / PA-028829
Droit d'auteur/Source

Deux ans après les traités Williams, le gouvernement fédéral a décidé d'interdire d'autres cérémonies culturelles autochtones, dont les pow-wows, les loges à sudation et les danses du soleil en utilisant la Loi sur les Indiens. Ces cérémonies sont alors passées dans la clandestinité et furent tenues en secret jusqu'en 1951, quand l'interdiction fut levée.

Les ententes provinciales de transferts territoriaux, 1930
De nouvelles ententes ont accordé à l'Alberta, à la Saskatchewan et au Manitoba le droit d'exercer plus de contrôle sur leurs ressources naturelles. Encore une fois, les autochtones de ces provinces ne furent pas consultés. Ils se mirent très en colère, car ces ententes permettaient aux gouvernements provinciaux de la plus grande partie de l'Ouest canadien de réduire les droits de pêche, de chasse et de piégeage sur les terres de la Couronne si nécessaire.

La Colombie-Britannique, l'Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse avaient déjà, quant à eux, le contrôle constitutionnel de leur territoire et de leurs ressources naturelles en vertu de l'article 109 de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique.

Image
 

Loi des ressources naturelles de l'Alberta, 1930
(Courtoisie du ministère de la Justice du Canada)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Saskatchewan Natural Resources Act, 1930

LIRE le sommaire
Image

Image
 

L'Acte de l'Amérique du Nord britannique, 1867

LIRE le sommaire
Image

Les mouvements de protestations autochtones

Photographe : Délégués à la Conférence des Six-Nations, 1910 / Archives nationales du Canada / PA-120204
Droit d'auteur/Source

Les premières protestations politiques autochtones sérieuses ont eu lieu dès le début des années 1910, quand une délégation indienne des Prairies s'est rendue à Ottawa pour protester contre le non-respect des promesses citées dans les traités numérotés. Mais le mouvement a vraiment pris de l'ampleur au cours des années 1920 et 1930, attisé par le non-respect des promesses incluses dans les traités et l'introduction de nouvelles lois qui allaient à l'encontre de ces promesses. La plus vive agitation venait des autochtones de la région visée par le traité numéro 6 en Alberta et en Saskatchewan.

La Ligue des Indiens du Canada fut établie au début des années 1920, et fut éventuellement suivie de la création d'au moins deux autres organisations provinciales : l'Association des Indiens de l'Alberta en 1939 et la Fédération des Indiens de la Saskatchewan en 1944. Ces groupes sont allés jusqu'à présenter leur cause devant un comité conjoint du Sénat et de la Chambre des communes chargé d'étudier, entre 1946 et 1948, les changements devant être apportés à la Loi sur les Indiens. (Ces changements devaient être faits car le Canada anticipait de signer la Déclaration universelle des droits de l'homme adoptée par les Nations Unies en 1948 et, par conséquent, le gouvernement se voyait forcé de repenser sa manière de traiter les autochtones.)

Pour plus d'information, veuillez consulter la section Les mouvements de protestations autochtones sous la rubrique Événements et sujets spécifiques.

Autres liens intéressants ou importants

Page précédente

Image
Image
  ImageHaut de page Image
Image Image
Image