AccueilCarte du siteIndex du siteComment utiliser ce siteLexiqueContactez-nousRemerciements Image
Le Canada en devenir
Le Canada en devenirAboriginals: Treaties & Relations
Sources primaires
Ressources du professeur
Consultation rapide
Événements et sujets spécifiques
Cartes & images
English
Image
Image
Thèmes:
Histoire de la constitution
Image
Autochtones : Traités et relations
1492 - 1779
1763 - 1791
1764 - 1836
1811 - 1867
1867 - 1870
1871 -1875
1876 -1877
1878 - 1898
1899 - 1922
1923 - 1950
1951 - 1981
1982 - 2003
Sources

Pionniers et Immigrants
Image
Image

Photographe : Hommes autochtones en costume traditionnel, photographiés dans une voiture / Archives nationales du Canada / C-030224
Droit d'auteur/Source

1899 - 1922 : Les derniers traités numérotés

Après avoir obtenu des terres des autochtones vivant dans les Prairies durant les années 1870, le gouvernement fédéral était, pour le moment, satisfait. Au cours des années 1880 et 1890, les missionnaires catholiques de la région ont supplié le gouvernement de signer des traités avec les autochtones menacés par la maladie et la famine dans le Nord canadien, mais le gouvernement se contenta de donner un peu d'argent. Ils avaient leurs raisons : premièrement, les ressources du gouvernement étaient limitées et il ne voulait pas qu'on le voit dévier de grosses sommes d'argent destinées aux Européens pour les donner aux autochtones. Deuxièmement, le paysage rugueux du nord ne semblait pas très attrayant pour la colonisation canado-européenne.

Un événement allait cependant modifier ces vues : la ruée vers l'or du Klondike. Soudainement, le sol abondait en ressources minières et attirait les prospecteurs d'or qui formèrent de nouvelles colonies. Avec la découverte de l'or dans le Yukon en 1896, le gouvernement s'est enfin mis à reconsidérer la signature de nouveaux traités avec les autochtones du nord.

Sujets abordés dans cette section :

Les traités numéros 8 à 11, 1899 - 1921
Le Traité sur les oiseaux migrateurs, 1916

Les traités numéros 8 à 11, 1899 - 1921

Traités numérotés 8-11
Traités numérotés 8-11

Les traités 8 à 11 furent signés sur une période de deux décennies. Le traité numéro 8 a été signé en 1899 pour permettre au gouvernement fédéral d'acquérir des terres autochtones situées au nord de celles du traité numéro 6 (qui se trouvent actuellement dans le nord de la Colombie-Britannique, de l'Alberta, de la Saskatchewan et le centre-sud des Territoires du Nord-Ouest). Le traité numéro 9 a été signé en 1905 et 1906, et concernait des territoires situés dans le nord de l'Ontario. Le traité numéro 10 fut signé en 1906 et a vu des contrats de cession de terres dans le nord de l'Alberta. Le traité numéro 11 a été signé en 1921 et concernait des terres situées dans les Territoires du Nord-Ouest et dans le Yukon.

Ces traités comportaient tous beaucoup de similitudes entre eux et avec la plupart des traités numérotés antérieurs. Cependant, le traité numéro 8 a introduit un nouveau concept avec la création de petites réserves familiales pour des familles individuelles. Ceci avait pour but de répondre aux besoins de petites bandes regroupées comme celles des Cris des bois et des tribus dénées qui habitaient cette région.

Pour plus d'information sur les clauses contenues dans ces traités, veuillez consulter la section Contenu des Traités numérotés sous la rubrique Événements et sujets spécifiques.

Malgré le fait que les autochtones du Nord éprouvaient des difficultés à se débrouiller, le gouvernement a appris, en 1898, que certaines bandes étaient peu disposées à signer le traité numéro 8. Ces bandes ne voulaient pas vivre sur des réserves comme leurs contreparties du Sud, et ils avaient peur que la signature du traité n'entraîne la destruction de leur mode de vie.

Photographe : Foule assemblée pour l'indemnisation prévue dans le traité, Fort Rae, Territoires du Nord-Ouest / Archives de Glenbow / NA-3844-58
Droit d'auteur/Source

Quelques membres de ces tribus ont exprimé leurs inquiétudes au sujet du caractère perpétuel de ces traités, et presque tous sont demeurés méfiants envers le gouvernement qui, dans le passée, avait tendance à ne pas toujours tenir parole. Les autochtones du Nord ont examiné de près l'échec des tentatives visant à transformer les autochtones des Prairies en des pionniers agriculteurs semblables aux Européens. Beaucoup d'autochtones vivant sur les réserves dans les Prairies souffraient de la pauvreté et de la faim.

Par conséquent, il y avait maintenant un scepticisme croissant à l'effet que le gouvernement réduirait éventuellement les droits de pêche et de chasse des autochtones, puisque le territoire consacré à ces activités se trouvait diminué de beaucoup avec ces derniers traités numérotés. Le gouvernement n'a jamais cessé de réfuter ces allégations tout au cours des négociations des traités numérotés et, dans le but d'apaiser cette peur, a alloué de plus fortes sommes d'argent pour acheter de la ficelle servant à la fabrication des filets de pêche et des munitions.

Par ailleurs, les traités précédents prévoyaient que le gouvernement effectuerait le recensement de tous les autochtones vivant sur les réserves, afin de leur payer annuellement une somme globale d'argent. Mais, à ce moment, le gouvernement ne savait plus combien il y avait d'autochtones. Même encore aujourd'hui, nous ignorons le chiffre précis du nombre d'autochtones vivant au Canada en raison de la pauvre qualité des recensements effectués à la fin du XIXe siècle.

Toutes ces choses pesaient lourdement dans l'esprit de beaucoup d'autochtones qui ont témoigné de la prudence et de la nervosité lorsqu'ils ont consenti à signer les traités numéros 8 à 11.

Le saviez-vous ?

À l'aube du XXe siècle, le gouvernement fédéral consacrait environ les trois-quarts de ses fonds réservés aux autochtones à ceux vivant sur les Prairies, quoique ceux-ci ne composaient qu'environ un quart de la population totale des autochtones du Canada.


Image
 

Traité numéro 8
(Courtoisie du ministère de l'Affaires indiennes et du Nord Canada)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Traité numéro 9
(Courtoisie du ministère de l'Affaires indiennes et du Nord Canada)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Traité numéro 10
(Courtoisie du ministère de l'Affaires indiennes et du Nord Canada)

LIRE le sommaire
Image

Image
 

Traité numéro 11
(Courtoisie du ministère de l'Affaires indiennes et du Nord Canada)

LIRE le sommaire
Image

Pour plus d'information sur les traités numérotés, visitez les sites :

Aquarelle : Une chasse aux canards sur les Prairies avec une caravane transportant des émigrants en arrière-plan / Archives nationales du Canada / C-013969
Droit d'auteur/Source

Le Traité sur les oiseaux migrateurs, 1916

Si les autochtones qui ont signé les traités numérotés étaient en droit d'éprouver de la nervosité au sujet de la possibilité de perdre leurs droits de chasse, de trappe et de pêche, le Traité sur les oiseaux migrateurs, signé en 1916 entre le Canada et les États-Unis, allait causer encore plus d'inquiétude. Il visait la protection des oiseaux migrateurs entre les deux pays et défendait la chasse des certaines espèces menacées d'extinction.

Ce traité fut signé sans consulter les autochtones, même s'il plaçait des restrictions sur leurs droits de chasse. Ce traité n'était qu'un présage de la perte de leurs droits de chasse et de pêche à venir dans les traité de Williams en 1923.

Page précédente

Image
Image
  ImageHaut de page Image
Image Image
Image