AccueilCarte du siteIndex du siteComment utiliser ce siteLexiqueContactez-nousRemerciements Image
Le Canada en devenir
Le Canada en devenirLexique
Sources primaires
Ressources du professeur
Consultation rapide
Événements et sujets spécifiques
Cartes & images
English
Image
Image
Thèmes:
Histoire de la constitution
Image
Autochtones : Traités et relations
Image
Pionniers et Immigrants
Image
Image

Version PDF | Version Word | Format Texte Riche | Format Texte

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

A

Aborigines' Protection Society, L' :
Une coalition protestante établie en Angleterre dans les années 1830 dans le but de contrer l'esclavage et le traitement préjudiciable des peuples autochtones dans les colonies britanniques. À la suite des efforts de cette société, plusieurs politiques ségrégationnistes du gouvernement britannique furent remplacées par une politique d'assimilation : le gouvernement encourageait les autochtones à devenir des membres productifs de la société coloniale britannique. En 1836, la société s'opposa particulièrement à la tentative raciste de sir Francis Bond Head qui cherchait à convaincre les autochtones du Haut-Canada de s'établir sur l'île Manitoulin.

Absolutisme:
Système de gouvernement selon lequel le ou les souverains disposaient d'un pouvoir illimité. Il sert généralement à désigner la période où les rois européens croyaient qu'ils régnaient de droit divin et qu'ils devaient exercer ce droit sur leurs sujets. Ce système est à l'opposé d'un régime à monarchie constitutionnelle, dans laquelle le pouvoir du monarque est limité.

Acadie :
Région située à le Canada atlantique, peuplée par des catholiques de langue française durant les années 1600 et au début des années 1700. En 1755, la plupart des Acadiens furent déportés vers d'autres colonies britanniques situées aujourd'hui aux États-Unis, bien que quelques-uns sont restés ou se sont enfuis avant de retourner dans les Maritimes. Certains Acadiens sont retournés en France. Voir aussi la déportation des Acadiens.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Accord Rush-Bagot :
Traité signé en 1817 pour limiter les forces navales sur les Grands Lacs et le lac Champlain. La limite a été fixée à un navire par pays sur les lacs Ontario et Champlain et deux dans le secteur supérieur des Grands Lacs. Les deux côtés ont cependant continué à construire des fortifications à la frontière. Le secrétaire d'État américain par intérim Richard Rush et Sir Charles Bagot ont négocié le traité.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Acte de l'immigration chinoise, 1885 :
Cette loi imposa une taxe d'entrée de 50 $ à chaque Chinois entrant au Canada après l'aboutissement des travaux sur le chemin de fer du Canadien Pacifique (CP). Cette loi visait à limiter le nombre de Chinois entrant au Canada, car on croyait qu'ils éprouveraient des difficultés à s'implanter dans une société agraire canadienne en plein essor. Aucun autre groupe ethnique n'était tenu de payer cette taxe. La loi fut révisée en 1900 et en 1903 pour augmenter la taxe d'entrée à 100 $, puis à 500 $ respectivement.

Acte du chemin de fer Canadien du Pacifique (CP), 1874 :
Le but de cette loi était de créer un chemin de fer géré privément avec des subventions généreuses du gouvernement fédéral, qui relierait la Colombie-Britannique au centre du Canada. La construction du chemin de fer Intercolonial était l'une des conditions de l'adhésion de la Colombie-Britannique à la Confédération en 1871. Complété en 1885, le CP était la principale ligne qui a permis la colonisation des Prairies à la fin des années 1800 et au début des années 1900. La ligne du chemin de fer Intercolonial vers l'Ouest fut à l'origine du scandale du Pacifique qui entraîna la chute du premier gouvernement de sir John A. Macdonald.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Affaire « personne » :
Une affaire de droit dans laquelle cinq femmes ont demandé le droit d'occuper un siège au Sénat. La loi qui indique que les « personnes compétentes » peuvent exercer une charge avait auparavant été interprétée comme traitant seulement des hommes. En 1928, la Cour suprême a statué que les femmes n'étaient pas des personnes en vertu de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867 (désormais rebaptisé la Loi constitutionnelle de 1867), mais cette décision a été renversée par une décision du Comité judiciaire du Conseil privé en Grande-Bretagne. À long terme, cette victoire a augmenté les possibilités pour les femmes de participer au gouvernement. Les femmes concernées étaient Emily Murphy, Henrietta Muir Edwards, Nellie McClung, Louise McKinney et Irene Parlby.
Visitez le site Web des Archives nationales du Canada pour en apprendre davantage.

Affaire Byng-King, 1926
En juin 1926, le gouvenement libéral de William Lyon Mackenzie King a perdu un vote de non-confiance en Chambre. Le gouverneur général, le vicomte Byng, a alors demandé à Arthur Meighen de former un nouveau gouvernement, car son parti (le Parti conservateur) détenait le plus grand nombre de sièges dans la Chambre des communes. Byng croyait qu'il devait avoir une chance de gouverner plutôt que de permettre la dissolution du Parlement et le déclenchement d'une élection fédérale. King, qui avait réussi à conserver le pouvoir depuis l'élection de 1925 en forgeant des alliances avec d'autres partis politiques au pouvoir, fut choqué par ce geste et démissionna avant de perdre le pouvoir. Mais, à peine quatre jours après que Meighen a prêté serment en tant que premier ministre, son nouveau gouvernement tory a accidentellement perdu un vote de confiance. Le gouverneur général a alors consenti à déclencher une élection générale. Meighen a perdu l'élection trois mois plus tard devant un électorat mécontent de l'attitude de Byng au cours de cette crise politique et il démissionna peu après comme chef du parti.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Affaire Calder, 1973
Le chef autochtone Frank Calder a tenté de poursuivre en justice le gouvernement de la Colombie-Britannique afin d'obtenir une compensation financière pour les terres historiquement occupées par la tribu des Nishgas dans sa province. La cause fut portée devant la Cour suprême du Canada en 1973, et le tribunal a reconnu l'existence des titres autochtones dans le Common law. La Cour fut toutefois partagée sur le point à savoir si les droits territoriaux des Nishgas avaient été éteints par un quelconque statut ou traité gouvernemental. Le chef Calder perdit éventuellement sa cause en raison d'un vice de procédure, mais sa cause a occasionné une nouvelle volonté de la part du gouvernement fédéral à négocier les revendications territoriales au cours de années 1970. Voir aussi Traité des Nishgas.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Affaire Drybones, 1970
En 1969, un indigène, Joseph Drybones, fut trouvé ivre dans le hall d'un hôtel de Yellowknife, ce qui était à l'encontre de la Loi sur les Indiens de 1951. Cette version de la loi stipulait que, même si les autochtones pouvaient enfin posséder de l'alcool en public, ils ne pouvaient s'enivrer hors de leur réserve. L'année suivante, la Cour suprême du Canada a rendu un jugement déclarant que Drybones avait été victime de discrimination raciale, et que cette partie de la loi était contraire à la Déclaration canadienne des droits de 1960. Une décision ultérieure de la Cour a rendu inopérante la clause de « non-intoxication ».


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Afro-Canadiens (Noirs) :
Ils ont immigré de la Jamaïque ou des États-Unis en tant que Loyalistes britanniques, réfugiés ou esclaves fuyant vers la Nouvelle-France au cours du XIXe siècle. Durant la première moitié du XIXe siècle, plusieurs d'entre eux se sont dirigés vers le Haut-Canada pour échapper à l'esclavage dans le sud des États-Unis en utilisant le chemin de fer clandestin. Ces esclaves avaient tendance à s'établir dans le sud-ouest actuel de l'Ontario durant les années 1840 et 1850, mais beaucoup de ces Noirs sont retournés aux États pour s'enrôler dans les forces anti-esclavagistes pendant la guerre civile américaine. Alors que la Grande-Bretagne a abolit graduellement l'esclavage à compter de 1805, beaucoup de Noirs devaient encore endurer l'intolérance et les préjugés dans ses colonies. Les Blancs percevaient souvent les immigrants noirs comme étant arriérés et ignorants, ou comme posant une menace économique importante à leur subsistance en tant que main-d'œuvre bon marché. La ségrégation entre les Blancs et les Noirs existait aussi fréquemment dans le Haut et le Bas-Canada durant les années 1800, surtout dans les écoles.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Agent des Indiens
Un administrateur du gouvernement canadien nommé par le ministère des Affaires indiennes pour veiller en particulier sur une réserve ou une bande autochtone. Dans le cas du traité numéro 6, cet agent était tenu de veiller à la santé des peuples autochtones qui avaient signer ce document.

Algonquins (Anissinapeks) :
Peuple autochtone vivant dans l'Ouest du Québec et dans l'Est de l'Ontario, centré le long de la rivière des Outaouais. La langue algonquine est un dialecte d'Ojibwa, une des langues algonquines. Cependant, les Ojibwas et les Algonquins sont politiquement distincts les uns des autres.

Alliance canadienne
Parti né en janvier 2000 des cendres de l'ancien Parti réformiste du Canada (établi en 1987) et par les membres du Parti progressiste-conservateur. Il ressemble au Parti progressiste des années 1920 car une section de son programme vise à réformer la manière dont le gouvernement est dirigé. Toutefois, comme les progressistes, il demeure largement un parti politique régional qui tire son appui principalement de l'Ouest canadien. Le Parti progressiste-conservateur et l'Alliance se sont fusionnés en décembre 2003, craignant la division du vote des partisans de l'aile droite dans l'éventualité d'une élection fédérale au cours de l'année suivante.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Angliciser :
L'acte d'angliciser : faire adopter à une société la langue, la prononciation, les coutumes, les manières anglaises, etc.

Arabes (Syriens-Libanais) :
Un groupe de personnes n'ayant aucune affiliation avec un groupe culturel ou un pays d'origine particulier, mais qui sont généralement issues d'une mère patrie située au Moyen-Orient. Les Canadiens arabes sont habituellement des pratiquants musulmans ou chrétiens orthodoxes. L'immigration arabe n'a pas commencé avant 1882, et seulement en petit nombre. La plupart viendraient au Canada à compter des années 1960 et s'établiraient dans les grands centres canadiens, surtout en Ontario ou au Québec.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Asiatiques du Sud-Est :
Comprend une grande diversité de peuples originaires d'endroits comme la Thaïlande, le Singapour, les Philippines, le Viêt-Nam, la Birmanie, l'Indonésie et autres. Beaucoup d'entre eux sont entrés au pays comme étudiants durant les années 1950 et 1960. Toutefois, un groupe important de " réfugiés de la mer " vietnamiens ont commencé à débarquer en 1978, espérant échapper à l'oppression dans leur mère patrie. Environ 6,500 Vietnamiens ont été admis durant cette période en tant que réfugiés politiques.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Assimilation
Survient lorsqu'une minorité ou un groupe étranger est totalement absorbé par un groupe dominant.

Assiniboins ou Assiniboines
Nation autochtone dissidente de la tribu des Sioux durant les années 1640. Ses membres s'expriment dans les dialectes des Dakotas ou Lakotas. Originaires des sources du Mississippi, ils ont émigré vers le nord dans la région du lac des Bois et aux environs du lac Winnipeg. À l'apogée de leur puissance, leur territoire s'étendait depuis les rivières Saskatchewan et Assiniboine au Canada jusque dans les Plaines américaines.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Autochtones
Un terme pour décrire tous les peuples indigènes du Canada, incluant généralement les Métis et les Inuits.

Autochtones, droits des
Réfèrent généralement aux droits inhérents et collectifs des peuples autochtones. Ces droits sont issus de l'ordre social qui prévalait avant les contacts avec les Européens et l'occupation de leurs territoires. La plupart des autochtones considèrent qu'il est de leur droit de conserver leur autodétermination et leur indépendance lorsqu'il s'agit de leur culture, de leurs terres, de leur gouvernance et de leurs ressources.

Haut de page

B

Bande
Nom attribué aux clans autochtones et aux familles dans la Loi sur les Indiens.

Bas-Canada :
Région du Canada qui a formé la base géographique du Québec. Créée à partir de la colonie de Québec par l'Acte constitutionnel de 1791, elle a été ainsi nommée en raison de sa position sur le tronçon inférieur du fleuve Saint-Laurent (le Haut-Canada était en amont). La division entre le Bas-Canada et le Haut-Canada était la rivière des Outaouais. L'Acte d'Union de1840 a réuni le Haut-Canada et le Bas-Canada pour former la province du Canada. Les deux régions étaient alors connues sous le nom de Canada-Est et de Canada-Ouest jusqu'à ce que la Confédération créée les provinces de l'Ontario et du Québec.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Bataille des Sept-Chênes, 1816 :
Un incident violent qui s'est produit en juin 1816 près de la colonie de Selkirk, située aujourd'hui au Manitoba, et qui était l'aboutissement d'une suite d'événements de moindre importance. Le massacre des Sept-Chênes a conduit à l'intervention de lord Selkirk qui s'est emparé de Fort William, la principale base de la Compagnie du Nord-Ouest dans la région, et a revendiqué le fort Douglas au nom de la Compagnie de la Baie d'Hudson, simplement pour restaurer l'ordre dans la région. Des batailles judiciaires à ce propos se sont poursuivies jusqu'à la mort de Selkirk en 1820. La bataille des Sept-Chênes a toutefois fait réaliser aux deux compagnies qu'une fusion serait probablement dans leurs meilleurs intérêts économiques, évitant à l'avenir toute confrontation violente. C'est ce que les deux compagnies ont fait en 1821, un an après la mort de lord Selkirk.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Béothuks :
Groupe d'autochtones vivant autrefois à Terre-Neuve, mais qui sont aujourd'hui décimés. Ils habitaient sur cette île bien avant les contacts européens et appliquaient de l'ocre rouge sur leurs canots, ce qui pourrait être à l'origine du sobriquet " Peaux-Rouges " employé par l'homme blanc dans l'ensemble de l'Amérique du Nord coloniale. En raison de la colonisation européenne, des altercations et des maladies contres lesquelles ils n'avaient aucune immunité, le dernier des Béothuks est mort à Terre-Neuve en juin 1829.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Blé Marquis :
Une variété hybride de blé développée au Canada en 1903, à la Ferme expérimentale centrale d'Ottawa, sous la direction de sir Charles Saunders. Ce type de blé, qui arrivait à maturité tôt durant la saison des récoltes, a permis de produire du blé dans des zones plus étendues sur les Prairies sans crainte du gel. Le blé Marquis a été testé dans l'Ouest jusqu'en 1911, alors qu'il fut finalement commercialisé et mis sur le marché. Avant 1920, cette variété de blé comptait pour 90 pour cent des blés de printemps semés dans l'Ouest canadien et 60 pour cent des blés de printemps semés aux États-Unis.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

C

Cabinet :
Pouvoir politique exécutif qui élabore les politiques et les lois gouvernementales et qui en favorise l'adoption. Aujourd'hui, au Canada, le premier ministre choisit les ministres du Cabinet, qui habituellement dirigent chacun un ministère (par exemple, le ministère des Finances). Les membres du Cabinet travaillent ensemble pour déterminer les priorités administratives et financières du gouvernement. Avant le gouvernement responsable, les responsabilités du Cabinet actuel étaient généralement assumées par le Conseil législatif des colonies de l'Amérique du Nord britannique, qui était composé de membres choisis par le gouverneur. Ce système a entraîné un népotisme et l'abus des pouvoirs du gouverneur qu'incarnent le Pacte de famille du Haut-Canada et la Clique du château au Bas-Canada.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Camps d'internement :
Un lieu de détention qui rassemble tout un groupe ou une race de personnes contre leur gré, en général pour des raisons politiques en temps de guerre ou durant des périodes de nationalisme intenses. Au Canada, ces populations incluaient les Canadiens d'origine japonaise durant la Seconde Guerre mondial, car le Japon avait déclaré la guerre aux États-Unis, un allié du Canada. Ces personnes perdaient souvent la plupart de leurs droits, dont le droit à l'habeas corpus, et étaient traitées sur le même pied que des prisonniers de guerre.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Canadiens anglais :
La migration des Anglais vers les colonies atlantiques commença avec la fondation d'Halifax en 1749. À ses débuts, la majorité des 3,000 personnes vivant à Halifax étaient d'origine anglaise, formant un contrepoids aux forces françaises de Louisbourg. À la fin de la guerre de l'Indépendance américaine en 1783, les Loyalistes se sont déplacés vers le nord dans les régions actuelles de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick. Puisque le gouvernement britannique cherchait à reproduire au Canada le système impérial anglais de gouvernance et de haute société, la colonisation de l'est et du centre du Canada fut assurée par des ex-officiers de l'armée et autres membres de la noblesse anglaise au tout début des années 1800. La plus grande vague d'immigration de l'Angleterre vers les Prairies s'est produite entre 1890 et 1914, et elle ne se limitait alors plus aux couches supérieures de la société anglaise. Plus de 113,000 Anglais fuyant la pauvreté s'établiraient sur les Prairies seulement en 1913. Selon le recensement de 2001, environ six millions de personnes ont déclaré l'Angleterre comme étant leur patrie d'origine, bien qu'il y ait probablement plusieurs millions d'autres Canadiens possédant une ascendance anglaise.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine autrichienne :
Immigrants de langue germanique de l'Autriche-Hongrie, en Europe, ce groupe s'est installé sur les Prairies canadiennes entre 1896 et 1914. Avant 1921, environ 57,000 Canadiens de souche autrichienne vivaient sur les Plaines. Comme la plupart des colons, beaucoup de ces immigrants sont venus au Canada pour échapper aux troubles religieux et économiques dans leur pays d'origine.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine chinoise :
L'immigration des Chinois au Canada remonte aussi loin que 1788, lorsqu'un groupe de 50 artisans chinois avaient accompagné le capitaine John Meares dans le but de bâtir un poste de traite sur l'île de Vancouver. L'immigration chinoise a toutefois réellement débuté vers 1858 lorsque des chercheurs d'or venus d'Asie se sont établis en Colombie-Britannique. La migration a atteint son paroxysme au début des années 1880 quand près de 9,000 immigrants chinois furent acceptés par le gouvernement dans le but de travailler sur la portion ouest du chemin de fer du Canadien Pacifique dans des conditions de travail horribles et dangereuses. Après que le chemin de fer soit complété, le gouvernement canadien, craignant l'infériorité de ces immigrants, a tenté d'empêcher l'immigration chinoise en imposant, entre autres, une taxe d'entrée sur ces immigrants en 1885. Aujourd'hui toutefois, plus d'un million de Chinois vivent au Canada.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine coréenne :
Un groupe d'individus de la péninsule coréenne située entre la Chine et le Japon qui ont commencé à émigrer au Canada en 1890. La plupart cherchaient à faire fortune et un meilleur mode de vie pour leurs familles, et ils ont découvert le Canada par l'entremise des missionnaires basés en Corée. Les immigrants coréens sont généralement des professionnels très spécialisés, tels que des médecins ou des enseignants, qui choisissent le plus souvent de s'établir dans les centres urbains. Presque tous les Coréens qui sont arrivés ici sont venus de la partie sud de la péninsule coréenne.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine écossaise :
La première grande vague d'immigration écossaise au Canada s'est manifestée entre 1770 et 1815, lorsque quelque 15,000 Écossais se sont dirigés vers la colonie de Selkirk dans le Manitoba actuel, de même que dans des établissements situés le long de la côte Est et dans l'est de l'Ontario. À l'époque de la traite des fourrures, un grand nombre d'entre eux était des hommes et plusieurs s'établiraient avec des femmes autochtones. Ces unions sont à l'origine des Métis. Durant la grande vague d'immigration vers l'Ouest canadien à la fin des années 1800 et au début des années 1900, le ministre de l'Immigration sir Clifford Sifton les préférait à tout autre groupe d'immigrants à cause de leur robustesse et de la facilité avec laquelle ils s'adaptaient à vie rurale et ils étaient très recherchés. Beaucoup de ces immigrants écossais venaient des États américains voisins durant cette période d'expansion.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine espagnole :
Bien qu'il y ait eu beaucoup d'exploration espagnole le long de la Côte du Pacifique entre le XVIe et le XVIIIe siècle, l'immigration espagnole au Canada n'a commencé qu'au début du XXe siècle. En 1913-1914, environ 2,000 Espagnols sont venus au Canada, mais ce nombre n'atteignait plus que 400 entre 1920 et 1945. La plupart, fuyant les difficultés économiques de leur pays, se sont établis dans les grandes villes canadiennes. Plus de 200,000 Espagnols résidaient au Canada selon le recensement de 2001.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine finlandaise :
Beaucoup de Finlandais se sont établis en Alaska (appartenant alors à la Russie) entre 1835 et 1865, puis se sont graduellement déplacés plus au sud, le long de la côte de la Colombie-Britannique. Des mineurs socialistes de la Finlande tenteraient de fonder une colonie en C.-B. appelée Sointula entre 1900 et 1905, mais cette entreprise fut de courte durée. Plusieurs Finlandais ont également contribué à la construction du premier canal Welland dans le sud de l'Ontario en 1829.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine galloise :
Les Gallois qui servaient dans les forces britanniques durant les différentes guerres et conflits des XVIIIe et XIXe siècles en Amérique du Nord resteraient et s'établiraient sur la rive nord du lac Érié. Comme leurs congénères anglais et écossais, ils s'installeraient dans l'Ouest canadien au début des années 1900 et ils étaient considérés comme particulièrement aptes à tenir des fermes. La plupart s'établiraient en Alberta et en Saskatchewan.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine germanique :
Le troisième groupe ethnique en importance au Canada après les Français et les Anglais, les Allemands forment le noyau des communautés mennonites et huttérites du Canada. Les premiers établissements allemands se trouvaient en Nouvelle-France et en Nouvelle-Écosse au milieu des années 1700, mais les Allemands se sont éventuellement déplacés vers le Haut-Canada, s'installant dans la région actuelle de Toronto. Plus de 150,000 personnes d'origine allemande ont éventuellement choisi les Prairies canadiennes comme lieu de résidence avant 1911, mais cette immigration serait interrompue durant la Première Guerre mondiale (quand les Allemands furent considérés comme des étrangers ennemis) et pendant la Seconde Guerre mondiale quand, encore une fois, le Canada se retrouverait en guerre contre l'Allemagne.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine grecque :
Les premiers immigrants grecs sont arrivés au Canada en 1891 et se sont établis, pour la plupart, à Toronto et à Montréal où ils sont souvent devenus propriétaires de petites entreprises et de restaurants. Plus de 200,000 personnes ont déclaré la Grèce comme étant leur pays d'origine dans le recensement de 2001.

Canadiens d'origine hollandaise :
Des Loyalistes hollandais se sont d'abord établis au Canada après la guerre de l'Indépendance américaine, mais la plupart sont venus entre 1890 et 1914 pour s'établir sur des terres à proximité des lignes de chemins de fer dans l'Ouest canadien. Cependant, la plus importante colonie hollandaise avant 1914 était probablement située dans et autour de Winnipeg. Ils se sont adaptés rapidement à la culture canadienne, et la plupart de leurs traditions culturelles ont été absorbées par l'ensemble de la société.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine hongroise :
Un groupe d'immigrants, le plus souvent des paysans, venus de Hongrie et ayant déjà échoué à se refaire une vie dans les bas quartiers industriels des villes du centre des États-Unis. Ils sont d'abord arrivés au Canada entre 1886 et 1911; la plupart étaient de jeunes adultes mâles. Environ 8,000 se sont établis ici avant la Première Guerre mondiale, surtout en Saskatchewan parfois désignée officieusement à l'époque sous le nom de " Petite Hongrie ".


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine irlandaise :
Un groupe d'immigrants d'Irlande venus s'établir au Canada surtout au début des années 1800. Puisque beaucoup d'entre eux étaient pauvres et possédaient trop peu de fortune pour se rendre jusqu'au centre de l'Amérique du Nord britannique, bon nombre se sont établis dans les régions du Canada atlantique. Toutefois, en 1847, une grande famine résultant de la maladie de la pomme de terre poussa beaucoup d'Irlandais à émigrer ici. Ils étaient souvent si malades que plusieurs sont morts de faim durant le voyage. Cette immigration s'est poursuivie par vagues jusque dans les années 1860, mais beaucoup ne s'arrêtaient que brièvement au Canada avant de continuer leur route vers les États-Unis. Relativement peu d'Irlandais ont immigré dans les régions situées à l'ouest de l'Ontario. Certains Canadiens percevaient les Irlandais comme une menace dans les années 1860 à cause des Féniens


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine italienne :
Alors que les Italiens exploraient la côte est du Canada dès 1497 - l'explorateur Jean Cabot possédait des origines italiennes - l'immigration italienne n'a vraiment débuté que lorsque les Italiens vivant aux États-Unis se sont dirigés vers le nord en 1900 en quête d'emplois. Environ 80 pour cent de ceux-ci étaient de jeunes hommes venant participer aux durs travaux saisonniers sur les chemins de fer, dans l'industrie forestière ou dans les mines. Éventuellement, plusieurs de ces travailleurs décideraient de s'établir ici de façon permanente. Si certains se soient installés dans les petites communautés, la plupart ont opté pour les grands centres urbains comme Toronto et Montréal.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine islandaise :
Arrivé au Canada dès 1873, ce groupe avait fondé des colonies comme Gimli et Riverton sur la rive ouest du lac Winnipeg dès 1875. Leur colonie s'appela la Nouvelle-Islande et était complètement autonome. Éventuellement, ils se sont joints au Manitoba lorsque la province a élargi ses frontières dans les années 1880.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine japonaise :
La première époque de colonisation japonaise au Canada date des années 1877 à 1928 lorsque des Japonais, pour la plupart jeunes et instruits, sont venus travailler comme pêcheurs ou bûcherons le long de la côte du Pacifique en Colombie-Britannique. (Ils se sont aussi établis dans la vallée du Fraser en C.-B. et dans certaines parties de l'Alberta.) En 1907, l'année même des émeutes antiasiatiques de Vancouver, le Canada commença à limiter le nombre de jeunes Japonais émigrant du Japon à 400 et moins par année. Ce quota tomba à 150 hommes par année en 1928, avant que l'immigration japonaise ne cesse complètement avec le début de la Seconde Grande guerre mondiale. L'immigration japonaise fut interrompue au Canada jusqu'en 1967.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine juive :
Contrairement à d'autres colons, les Juifs ne sont pas venus d'un lieu précis, mais plutôt de plusieurs communautés éparpillées à travers l'Europe. Ils ont commencé à s'établir dans le Bas-Canada dans les années 1760 puis, éventuellement, ont immigré vers le Haut-Canada avant 1800. Ce ne fut toutefois pas avant les années 1880 que des familles juives ont commencé à quitter l'Europe pour s'installer dans l'Ouest canadien, afin de fuir la persécution religieuse et la violence dans leurs mères patries. Certains Juifs ont également émigré des États-Unis au cours de cette période. Malheureusement, l'immigration juive au Canada cesserait presque complètement au moment de la Grande dépression et durant la Deuxième Grande guerre mondiale en raison de l'intolérance raciale et des préjugés. Près de 40,000 survivants de l'Holocauste qui cherchaient la paix et la liberté religieuse ont émigré de l'Europe encore une fois à la fin des années 1940. Aujourd'hui, plus de 350,000 Juifs considèrent le Canada comme leur pays.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine norvégienne :
Reliée au commerce du bois, une colonisation norvégienne d'envergure a eu lieu sur les Prairies canadiennes entre 1886 et 1929, et en particulier autour de Calgary. Alors que beaucoup de Norvégiens venaient d'Europe (près de 19,000 immigrèrent au Canada entre 1900 et 1914), il y a également eu une affluence d'immigrants d'ascendance norvégienne en provenance des États-Unis durant cette période.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine polonaise :
Un groupe religieux et travailleur de gens qui ont commencé à entrer au Canada en grand nombre autour de 1851, venant surtout des régions de l'Europe dominées par l'Autriche. La plupart de ces pionniers étaient des paysans qui se sont établis dans l'est de l'Ontario (fondant la première communauté polonaise du Canada à Wilno, en Ontario). Ils se sont aussi installés en grand nombre sur les Prairies, surtout autour de Winnipeg où ils ont travaillé soit sur des fermes, soit sur les chemins de fer ou soit dans les mines. Plus tard, vers 1916, d'autres vagues d'immigrants polonais ont commencé à ouvrir des magasins dans les villes en plein essor situées sur les Plaines.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine portugaise :
Malgré l'existence d'anciennes colonies portugaises à Terre-Neuve, l'immigration de ce groupe ethnique au Canada n'a réellement débuté qu'en 1953, lorsque le gouvernement fédéral a permis à quelques Portugais d'entrer et travailler en Ontario comme ouvriers agricoles. Des communautés portugaises sont aujourd'hui présentes à travers tout le Manitoba, l'Ontario et le Québec. Selon le recensement de 2001, le nombre de Portugais vivant au Canada dépassait de beaucoup les 350,000.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine russe :
Les Russes constituent numériquement le plus important groupe ethnique parmi les nations slaves. Alors que, dans les années 1700, quelques-uns ont émigré au Canada comme trappeurs le long de la côte du Pacifique et de l'Alaska, la plupart n'immigreraient ici qu'autour de 1875. Beaucoup étaient des paysans attirés par les grandes villes et la possibilité d'y travailler comme ouvriers industriels, mais il y avait aussi des groupes plus restreints de fermiers appartenant à des communautés religieuses marginales qui se sont établis dans l'Ouest, dont les Doukhobors et les Mennonites. Après la Première Grande guerre, des millions de Russes ont fui leur mère patrie durant la Révolution russe de 1917 et beaucoup ont demandé leur admission au Canada.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine suédoise :
Trois pionniers suédois invités à prendre part à la colonie de Selkirk dans le sud du Manitoba sont considérés comme les tout premiers colons suédois. Une vague beaucoup plus substantielle d'un million de pionniers suédois ont immigré au Canada en provenance des États-Unis entre 1868 et 1914, lorsque les terres agricoles se faisaient de plus en plus rares en Amérique. Les mauvaises récoltes dans leur pays entre 1866 et 1868 ont encouragé un autre exode du même genre en provenance d'Europe.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine Suisse :
Comme les Suédois, beaucoup de pionniers suisses peuvent retracer leurs origines jusqu'à la colonie de Selkirk sur les rives de la Rivière-Rouge, dans le Manitoba actuel. Une centaine hommes des régiments de mercenaires suisses ayant combattu dans la guerre de 1812 ont été invités par lord Selkirk à venir dans la colonie pour aider à y maintenir l'ordre. Beaucoup d'entre eux ont décidé de s'y établir comme colons. En 1821, une nouvelle vague de 180 civils les rejoindraient à la Rivière-Rouge. Mais l'absence de logements pour les accueillir et le paysage inhospitalier ravagé par trois années d'inondations incitèrent beaucoup de ces immigrants à se déplacer un peu plus au sud pour résider le long de la frontière actuelle qui sépare le Manitoba des É.-U. D'autres pionniers suisses sont venus s'installer en Ontario et au Québec durant le XIXe siècle.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens d'origine turque :
Ouvriers qui ont immigré au Canada après 1945. Ils avaient tendance à s'installer dans les grandes villes comme Toronto et Vancouver, ou dans des centres très industrialisés en Ontario, tels que Brampton et Hamilton.

Canadiens d'origine ukrainienne :
Il y a bien eu quelque migration d'Ukrainiens au Canada avec l'arrivée de mercenaires pendant la guerre de 1812, mais la plupart des Ukrainiens n'ont commencé à s'établir au ici qu'au cours des années 1891 à 1914. Beaucoup d'Ukrainiens ont souffert des crises économiques et du joug de la Russie qui, peu à peu, absorberait l'Ukraine tout au long du XXe siècle. Le Canada n'a pas permis aux Ukrainiens d'entrer au pays pendant la Première Grande guerre, car ils étaient considérés comme des ennemis de l'État. Quelque 6,000 Ukrainiens furent détenus dans des camps d'internement durant cette guerre en tant qu'étrangers ennemis.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canadiens français :
Des pionniers français ont fondé deux colonies au Canada durant les années 1600 : l'Acadie, aujourd'hui dans les Maritimes, et la Nouvelle-France. Au milieu des années 1700, les Anglais ont déporté la plupart des Acadiens, bien que plusieurs d'entre eux reviendraient s'installer dans certaines régions du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard. Lorsque la Grande-Bretagne a obtenu la Nouvelle-France en 1763, l'immigration française en provenance de la France fut interrompue. La majorité de la population francophone du Québec peut retracer ses origines ancestrales jusqu'à ces premiers colons puisque, sur le plan historique, très peu d'immigration vers ou d'émigration de la région n'est survenue. Selon le recensement canadien de 2001, plus de 4,5 millions de personnes ont déclaré qu'elles étaient d'ascendance purement française, bien que le chiffre précis des personnes d'origine française vivant au Canada est beaucoup plus élevé.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Canada-Est :
Région de la province du Canada auparavant nommée Bas-Canada. Formée par l'Acte d'Union de 1840, elle est plus tard devenue le coeur de la province actuelle de Québec.

Canada-Ouest :
Région de la province du Canada auparavant nommée Haut-Canada. Formée par l'Acte d'Union de 1840, elle est plus tard devenue le coeur de la province actuelle de l'Ontario.

Canadianisation (« rapatriement ») :
L'acte de ramener un document constitutionnel dans son pays d'origine.

Canadien, Le :
Premier journal francophone au Canada. Il a été fondé le 13 novembre 1806 à Québec, au Bas-Canada. Le journal visait à représenter les intérêts des Canadiens français et à promouvoir l'identité culturelle canadienne française. En 1810, le gouverneur du Bas-Canada a fait arrêter et emprisonner les rédacteurs en chef pour sédition et a fait saisir les presses. Cependant, cela n'a pas été la fin du journal. En effet, le journal ne cessa ses activités que le 21 décembre 1893.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.

Capitalisme :
Un système économique dans lequel les produits et services sont manufacturés, échangés et possédés par des particuliers avec peu ou sans intervention du gouvernement. Comparez avec communisme et socialisme.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Castors
Apparentée aux tribus des Chippewas, des Esclaves et des Sarcis, la nation des Castors habitait une grande bande de terre située entre la frontière qui divise l'Alberta de la Saskatchewan et la région de la rivière de la Paix. Ils furent repoussés plus vers l'ouest jusqu'aux Rocheuses et la rivière de la Paix par les guerres tribales des Cris après que les Européens soient venus s'établir dans les Prairies. Les tribus des Castors tendaient à se limiter à de petits clans familiaux qui ne se réunissaient que lors des célébrations durant la saison estivale.

Catholicisme
Une religion chrétienne qui réfère généralement à l'Église catholique romaine dirigée par le pape. Le Québec, en particulier, entretenait des liens politiques et culturels étroits avec l'Église catholique avant la Révolution tranquille des années 1960. Beaucoup d'immigrants arrivant de l'Europe centrale et de l'Est - à l'exception toutefois des Juifs - étaient étroitement liés à cette religion.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Céder
Abandonner, se rendre ou capituler.

Chaîne d'alliance
Au début du XVIIe siècle, une série de traités furent négociés entre les treize colonies qui formeraient éventuellement les États-Unis et la Ligue des Iroquois. Ces premières ententes furent probablement conclues entre la nation des Mohawks et la colonie de New York, et constituaient une série de chaînes en fer ou en argent symbolisant que les parties étaient liées par leurs promesses. Ces ententes ont été renouvelées à plusieurs reprises avec les autochtones lorsqu'une aide financière additionnelle leur était nécessaire, et on faisait briller symboliquement ces chaînes pour montrer que des révisions avaient eu lieu. Le concept de la chaîne d'alliance a subsisté jusqu'au début du XIXe siècle, même si les autochtones, mécontents de l'expansion anglaise sur leurs territoires, brisèrent brièvement la chaîne en 1753-54.

Chambre d'assemblée (aussi Assemblée législative) :
Avant la Confédération, l'organisme élu du gouvernement dans les colonies britanniques d'Amérique du Nord qui avait le pouvoir d'adopter des lois, particulièrement sur les questions de finance. Jusqu'à l'obtention du gouvernement responsable, des Conseils étaient formés et pouvaient contredire la Chambre d'assemblée. Les législatures provinciales et la Chambre des communes en sont les équivalents modernes.

Chambre des communes :
Chambre basse élue du Parlement. Elle est composée d'un président, du premier ministre et du Cabinet, des membres du parti au pouvoir et des membres des partis de l'opposition. Il y a également un gouvernement parallèle composé des membres du parti de l'opposition officiel (le parti ayant le nombre de sièges le plus élevé après le parti au pouvoir). Les membres de la Chambre sont appelés députés et sont élus dans des circonscriptions uninominales ou par des élections partielles.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Chambre des Lords :
En Grande-Bretagne, la chambre haute du Parlement. Comme le Sénat canadien, elle est non élective. À l'opposé du Sénat canadien, ses membres sont des nobles et des membres du clergé.

Chemin de fer clandestin, 1840 - 1860 :
Un réseau secret de Noirs et de Blancs qui ont aidé près de 30,000 esclaves noirs à fuir des États-Unis vers l'Amérique du Nord britannique, surtout vers le Haut-Canada. Les fugitifs voyageaient pendant la nuit en empruntant des routes secrètes pour atteindre des " maisons sûres " dispersées à travers les États-Unis, et y demeuraient jusqu'à ce qu'ils puissent voyager de nouveau sans crainte de se faire capturer par les esclavagistes blancs.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Chemin de fer Intercolonial :
Chemin de fer construit pour lier les colonies maritimes à la province du Canada. Le premier tronçon de la ligne a ouvert en 1858 entre Halifax et Truro. On a éprouvé des difficultés avec le financement et, en fin de compte, l'achèvement du chemin de fer est devenu une condition de la Confédération. Le dernier tronçon entre Halifax et Montréal a été achevé en 1876. Les tarifs de fret ont été gardés bas pour promouvoir le commerce, ce qui s'est traduit par un déficit. Le gouvernement fédéral a couvert les pertes jusqu'en 1919, année où le chemin de fer a été intégré aux Chemins de fer nationaux du Canada.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Chemins de fer nationaux du Canada :
Maintenant appelés CN Rail, les Chemins de fer nationaux du Canada ont été incorporés comme une société d'État en 1919. Ils étaient composés de cinq chemins de fer existants : le Grand Trunk, sa filiale Grand Trunk Pacific, l'Intercolonial, le Canadian Northern et le Canadian Transcontinental. Ces chemins de fer étaient déficitaires depuis des années et, pendant la Première Guerre mondiale, le gouvernement a été obligé d'en prendre le plein contrôle (c.-à-d. les nationaliser). Les Chemins de fer sont graduellement redevenus rentables et demeurent le cinquième chemin de fer le plus important en Amérique du Nord.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Choléra :
Maladie de l'estomac et des intestins. Ses symptômes sont les vomissements, les crampes et la diarrhée et elle est causée par l'eau contaminée par la bactérie Vibrio comma. Le taux de mortalité est très élevé sans traitement.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Chippewas
Une ramification de la communauté autochtone des Ojibwés qui s'est déplacée de la région supérieure de la baie Géorgienne à celle du lac Supérieur et vers les régions plus au sud au cours du XVIIIe siècle.

Clear Grits :
Groupe de réformateurs qui prônait l'élimination de tout signe de privilège spécial et d'aristocratie au Canada. Les Clear Grits se sont séparés du gouvernement LaFontaine-Baldwin lorsqu'ils ont jugé qu'il était trop conservateur dans ses réformes. Ils étaient en faveur des institutions élues, du suffrage universel pour les hommes, du libre-échange avec les États-Unis, de la sécularisation des réserves du clergé et d'une représentation selon la population pour contrer ce qu'ils percevaient comme une domination canadienne française au gouvernement. Ce groupe a formé la base du Parti libéral après la Confédération.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


« Clique » du Château :
Nom donné à un petit groupe de fonctionnaires du Bas-Canada qui dominait le Conseil exécutif et le Conseil législatif de même que les principaux postes bureaucratiques et judiciaires de la province jusque dans les années 1830. Ces hommes étaient liés par la famille, l'idéologie et les intérêts commerciaux. Ils étaient en faveur de la construction de canaux, de la création d'un système bancaire et de la fin du régime seigneurial et du droit civil français. Ils ont résisté aux efforts des réformateurs canadiens-français visant l'obtention d'un gouvernement responsable et sont souvent entrés en conflit avec les membres élus de la Chambre d'assemblée.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Colonial Advocate :
Journal hebdomadaire fondé à Queenston le 18 mai 1824 par William Lyon Mackenzie. Le journal s'opposait au Pacte de famille et luttait pour l'octroi d'un gouvernement responsable. Des sympathisants conservateurs ont détruit les presses en 1826. En 1833, le journal est né à nouveau sous le nom The Advocate. Il a fusionné avec le Canadian Correspondent le 4 novembre 1834, formant le Correspondent and Advocate, alors que Mackenzie se retirait pour se consacrer à la politique.

Commission Berger, 1974 - 1977
Connue aussi sous le nom d'enquête sur le pipeline de la vallée du Mackenzie. Il s'agit d'une commission royale présidée par le juge Thomas Berger chargée d'enquêter sur les impacts de la construction d'un gazoduc reliant l'Alaska à l'Alberta, via le nord du Yukon et la vallée du Mackenzie. Ce projet touchait les autochtones de la région qui considéraient le pipeline comme une menace à leur environnement et qui craignaient qu'il ne compromette leurs revendications territoriales. La commission a recommandé qu'un moratoire soit placé sur la construction jusqu'en 1987, afin d'accorder le temps nécessaire au règlement des revendications territoriales. En fin de compte, le pipeline n'a jamais été construit à cause des controverses qu'il a soulevées et de l'instabilité économique.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Communisme :
Un system économique développé d'abord en Russie durant le XIXe siècle qui soutient que tous les moyens de production devraient demeurer entre les mains et être administrés par l'État au nom du bien public. Comparez avec socialisme. Mettez en contraste avec capitalisme.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Comité judiciaire du Conseil privé :
Comité du Conseil privé britannique. Formé en 1833, il avait autorité sur les tribunaux canadiens de 1844 à 1949. De ce fait, il s'agissait du dernier tribunal d'appel et il a rendu des jugements sur de nombreuses questions relatives à la Constitution canadienne. En 1931, le Statut de Westminster a donné au gouvernement du Canada le droit de limiter les types d'affaires pouvant être portées en appel et, en 1949, la Loi sur la Cour suprême a été modifiée de façon à faire de la Cour suprême du Canada le dernier tribunal d'appel au Canada.

Vous trouverez de plus amples renseignements dans la section Comité judiciaire du Conseil privé.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Commission Ewing, 1934 - 1936 :
Une commission créée par le gouvernement de l'Alberta dans le but d'enquêter sur les conditions de vie de la population métisse. Ses conclusions ont mené à l'adoption du Métis Betterment Act en 1938 qui accorda plus de terres et de ressources financières aux peuples métis résidant dans la province.

Communauté des habitants :
La « Communauté des habitants » a loué le monopole du commerce en Nouvelle-France de la Compagnie des Cent-Associés en 1645. La Communauté n'a pas connu de succès en raison de la guerre en cours avec les Mohawks et de son inexpérience financière et commerciale. En 1652, le Conseil de Québec a ouvert la traite de fourrures à tous les habitants de la Nouvelle-France, état qui s'est maintenu jusqu'à ce que la Couronne française prenne le contrôle direct de la colonie en 1663.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Compagnie à charte :
Compagnie possédant une concession écrite du gouvernement qui lui donne le droit de commercer avec certains droits et privilèges. La compagnie à charte la plus connue du Canada est la Compagnie de la Baie d'Hudson qui a obtenu en 1670 le monopole de la traite de fourrures sur le vaste territoire que constitue le bassin hydrographique de la baie d'Hudson. Les gouvernements ont formé d'autres compagnies à charte pour concurrencer avec les entreprises de nations rivales.

Compagnie de la Baie d'Hudson :
Société commerciale la plus ancienne du Canada. Reconnue en Grande-Bretagne en 1670, elle a obtenu le monopole de la traite des fourrures sur l'immense territoire que constitue le bassin hydrographique de la baie d'Hudson. Elle a conservé ces droits jusqu'en 1870, lorsque le gouvernement canadien a pris le contrôle du Nord-Ouest. Elle subsiste aujourd'hui en qualité de grand magasin.
Visitez le site Web L'exploration, le commerce de la fourrure et Compagnie de la Baie d'Hudson pour de plus amples renseignements.
Visitez la page Web d'histoire de la Compagnie de la Baie d'Hudson pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Compagnie des Cent-Associés :
La Compagnie des Cent-Associés a été fondée le 29 avril 1627 par le cardinal Richelieu, ministre en chef de Louis XIII en France. Il avait l'intention de stabiliser el monopole du commerce et de l'administration pour promouvoir l'expansion de l'Empire français le long des lignes mercantiles. À ce titre, la Compagnie a obtenu le contrôle de la Nouvelle-France de la Floride à l'Arctique et de l'Atlantique jusqu'à l'Ouest encore inexploré. Des rivaux britanniques ont capturé sa flotte en 1628 et, l'année suivante, la colonie de Québec a capitulé. Le territoire fut restitué en 1632, mais la Compagnie ne s'est jamais pleinement remise. Elle a loué son monopole à la Communauté des habitants en 1645.

Compagnie du Canada (Canada Company) :
Compagnie de colonisation rurale fondée en 1824 par John Galt et reconnue en Angleterre en 1826. La compagnie a acheté 2,5 millions d'acres (1 million d'hectares) de terres au Haut-Canada pour 295 000 $ et vendait la terre aux colons. La compagnie s'est trouvée au centre d'une certaine controverse puisque l'argent était versé directement au Conseil exécutif pendant 16 ans, et les critiques faisaient valoir que la compagnie ne respectait pas ses promesses d'amélioration des terres. Environ la moitié des terres se trouvaient en territoire huron et le reste des terres était composé de réserves dispersées de la Couronne. La compagnie a vendu la dernière parcelle au début des années 1950 et a été dissolue le 18 décembre 1953.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online




Conférence de Charlottetown :
Conférence qui a eu lieu du 1er au 9 septembre 1864 pour discuter de l'union de toutes les colonies britanniques d'Amérique du Nord. Prévue à l'origine comme une conférence sur l'union des Maritimes, des délégués de la province du Canada ont demandé d'y assister et l'idée d'une union des Maritimes a été presque entièrement abandonnée. Les délégués de la conférence ont réussi à s'entendre suffisamment pour planifier la tenue d'une conférence à Québec un mois plus tard, laquelle a finalement aboutit à la Confédération.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Conférence de Québec :
La Conférence de Québec, qui a eu lieu du 10 au 27 octobre 1864, un mois après la Conférence de Charlottetown, visait à fixer les lignes directrices et les principes d'une union fédérale des colonies nord-américaines britanniques, soit la province du Canada, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve et l'Île-du-Prince-Édouard. Les soixante-douze résolutions, sur lesquelles les délégués se sont entendus, ont formé la base de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867 (désormais rebaptisé la Loi constitutionnelle de 1867). Malgré cela, l'Île-du-Prince-Édouard n'a joint la Confédération qu'en 1873 et Terre-Neuve qu'en 1949.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Conseil exécutif :
En vertu de l'Acte constitutionnel de 1791, le gouverneur était assisté par un Conseil exécutif nommé par la Couronne et responsable seulement devant elle. En pratique, ces postes étaient souvent offerts à des amis et des membres de la famille du gouverneur. Aujourd'hui, le Conseil exécutif est composé du premier ministre et du Cabinet.

Conseil législatif :
Les dispositions de l'Acte constitutionnel de 1791 exigeaient un Conseil législatif nommé par le gouverneur. Le conseil partageait la charge de faire et d'adopter des lois avec la Chambre d'assemblée, même si le conseil pouvait contredire l'Assemblée. En pratique, ces postes étaient souvent offerts à des amis et des membres de la famille du gouverneur.

Conseil privé de la reine pour le Canada :
Également connu simplement sous le nom de Conseil privé du Canada, il conseille la Couronne. Les conseillers privés sont choisis par le premier ministre et nommés à vie par le gouverneur général. Le Conseil privé comprend le juge en chef de la Cour suprême, les premiers ministres provinciaux, les ministres anciens et actuels du Cabinet et les présidents de la Chambre et du Sénat.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Conseil Souverain :
Partie du Conseil régnant de la Nouvelle-France, qui comprenait également le gouverneur, l'intendant et l'évêque. D'abord composé de cinq membres, il est passé à douze en 1703 puis à seize en 1742. Le Conseil faisait fonction de cour d'appel pour les affaires criminelles et civiles et jouait un rôle dans la réglementation du commerce et l'ordre public. Les membres du Conseil provenaient de la haute bourgeoisie française et étaient nommés par le gouverneur et l'évêque jusqu'en 1675 et plus tard par le roi. Il a été renommé Conseil Supérieur en 1703.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Constitution :
Système de règles et/ou de principes selon lesquels une nation, un état ou un autre groupe est régi. Au Canada, la constitution est composée de documents écrits et de conventions non écrites. Comme le dit la Cour suprême du Canada : « les conventions constitutionnelles plus le droit constitutionnel égalent la constitution complète du pays ». Parmi les lois qui composent la constitution du Canada, on retrouve la Proclamation royale de 1763, l'Acte de Québec de 1774, l'Acte constitutionnel de 1791, l'Acte d'Union de 1840, l'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867 (désormais rebaptisé la Loi constitutionnelle de 1867), le Statut de Westminster de 1931, la Loi de 1982 sur le Canada et la Loi constitutionnelle de 1982. Les lois britanniques comme la Magna Carta de 1215 sont également incluses.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Convention de la baie James et du Nord québécois, 1975
La première grande entente conclue pour régler des revendications territoriales depuis le début du XXe siècle. Les peuples inuits et cris du Nord du Québec n'avaient pas été consultés lorsqu'en 1971, le gouvernement provincial a annoncé le projet de construction de barrages hydroélectriques qui inonderaient une partie importante de leur territoire. Pour régler leurs revendications territoriales et apaiser leurs inquiétudes face à l'environnement, on demanda aux autochtones de cette région de céder leurs droits territoriaux en échange d'une somme de 225 millions de dollars, de droits spécifiques de chasse et de pêche et de droits d'autodétermination. Une entente subséquente, la Convention du Nord-Est québécois, a accordé une somme de 9 millions à la tribu des Naskapis en échange de leurs terres en 1978. Par contre, certains autochtones estiment que les gouvernements fédéral and provincial n'ont pas tenu leurs engagements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Co-operative Commonwealth Federation (CCF)
Parti politique fondé en 1932 qui croyait que les gens devaient coopérer pour le bien commun et que certaines industries devaient devenir la propriété du gouvernement. La popularité du parti se faisait surtout ressentir dans les Prairies et dans l'Ontario, et il a même réussi à prendre le pouvoir en Saskatchewan en 1944. La CCF n'a toutefois jamais pu s'établir sur des bases solides sur la scène fédérale parce que ses détracteurs avaient réussi à trouver des similitudes entre le parti et le communisme. Le Parti libéral qui était alors au pouvoir a aussi réussi à écarter la CCF en adoptant des idées comme les allocations familiales et l'assurance-chômage pour les intégrer dans son propre programme. En 1961, le parti s'est joint au Congrès du Travail du Canada et a modifié son nom pour devenir le Nouveau Parti démocratique (NPD).


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Coureurs de bois :
Commerçants de fourrures indépendants et non détenteurs de permis vivant en Nouvelle-France depuis le milieu jusqu'à la fin des années 1600. Ils ont repoussé les frontières de l'arrière-pays dans leur quête pour les peaux de castor et, par conséquent, ils sont devenus le premier groupe d'explorateurs non autorisés du Canada à pénétrer à l'intérieur des terres, surtout dans la région du lac Supérieur. En tentant de devancer les intermédiaires autochtones qui venaient habituellement porter les fourrures aux Français à Montréal, ils ont d'abord soulevé la colère des Français tant au sein de l'Église et que de l'État. Éventuellement, des commerçants autorisés " professionnels " ou " voyageurs " viendraient éliminer ces trafiquants illégaux.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Cour suprême du Canada :
Le tribunal de plus haute instance au Canada. L'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867 (désormais rebaptisé la Loi constitutionnelle de 1867) a permis la création de la Cour suprême le 8 avril 1875. Le Comité judiciaire du Conseil privé (CJCP) en Grande-Bretagne est toutefois demeuré le dernier tribunal d'appel jusqu'à ce que le Statut de Westminster permette au Canada de cesser les appels en matière criminelle en 1933. En 1949, les appels civils au CJCP ont également cessé. La Cour suprême était, à l'origine, composée de six juges. Ce nombre est passé à sept en 1927 puis à neuf en 1949.
Visitez la page Web d'histoire de la Cour suprême du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Couronne, la :
Terme utilisé pour désigner le pouvoir et l'autorité du monarque (au Canada, le roi ou la reine).

Cris
La plus grande nation autochtone du Canada - ses membres vivent sur un territoire qui s'étend de l'Alberta jusqu'au Québec. Le nom de leur tribu tire son origine d'un groupe d'autochtones qui vivaient près de la baie James et à qui les Français donnèrent le nom de Kiristinons. Par la suite, le nom fut raccourci à Cri (épelé Cree en anglais).

MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Cris des bois
Une sous-ramification de la nation des Cris qui se retrouve typiquement dans le nord des Prairies, quoique leur domaine s'étendait autrefois profondément dans le territoire de la baie d'Hudson et de la baie James. Ils étaient l'un des premiers groupes d'autochtones à commercer avec les Européens au XVIIe siècle et, avant 1800, ils étaient devenus les intermédiaires dans les circuits commerciaux à travers le Manitoba et la Saskatchewan.

Cris des marécages
Autre nom pour désigner les Cris des bois.

Crise d'octobre :
Crise provoquée par l'enlèvement du délégué commercial britannique à Montréal le 5 octobre 1970 par des membres du Front de Libération du Québec (FLQ). Cet événement a été suivi le 10 octobre par le kidnapping de Pierre Laporte, ministre québécois du Travail et de l'Immigration. Le gouvernement du Québec a demandé l'aide des forces armées canadiennes et le gouvernement fédéral a décrété un état « d'insurrection appréhendée » en vertu de la Loi sur les mesures de guerre. Les libertés civiles et le droit d'habeas corpus ont été suspendus. Laporte a été trouvé mort le 17 octobre et on a trouvé et arrêté les membres responsables du FLQ en décembre. La réaction du gouvernement à cette crise demeure une source de controverse à ce jour.

MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Cumberland House :
Village du nord de la Saskatchewan qui fut le site du premier poste de traite de la Compagnie de la Baie d'Hudson (CBH) à l'intérieur des terres et, par conséquent, le site des premiers établissements de l'Ouest canadien. Samuel Hearne a choisi l'endroit en 1774. La construction de ce poste a contribué à inaugurer, avant 1821, une époque de rivalité commerciale intense entre la CBH et la Compagnie du Nord-Ouest. Elle a également marqué le début d'une période où les commerçants de fourrures ont cherché à négocier directement entre eux plutôt que de compter sur les autochtones pour leur apporter des fourrures.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

D

Débats :
Voir Hansard.

Décret :
Ordonnance ou ordre émis par une personne ou un groupe de personnes et ayant généralement force de loi.

Déculturation
Une condition sociale qui survient lorsque les peuples autochtones perdent leurs traditions et leur culture par leurs contacts avec la civilisation occidentale. Cette perte peut conduire à des problèmes d'ordre social et économique, laissant le groupe dépendant des autres.

Déportation des Acadiens :
Expulsion forcée des habitants francophones de l'Acadie. Aux termes du traité d'Utrecht de 1713, la France cédait l'Acadie à la Grande-Bretagne. Pendant les 42 années suivantes, les habitants ont tenté de rester neutres sous le régime britannique. Au début des années 1850, lorsque les menaces externes sont devenues trop grandes, toutefois, le gouverneur Charles Lawrence a insisté pour obtenir un serment de loyauté. Ce serment n'ayant pas été fait à sa satisfaction, il a ordonné que les 12 000 Acadiens soient déportés dans d'autres colonies anglaises. Beaucoup de déportés sont morts pendant la déportation; quelque 1 000 Acadiens ont réussi à rester en se cachant dans les bois. Certains Acadiens sont revenus des années plus tard, alors que les colons britanniques s'étaient appropriés la plus grande partie du territoire.

Veuillez lire la rubrique « Histoire de l'Acadie » dans l'Encyclopédie canadienne en ligne pour de plus amples renseignements.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.
Visitez le site Web Blupete pour de plus amples renseignements.

Dernier crampon, Le, 1885 :
Le 7 novembre 1885, la ligne du chemin de fer du Canadien Pacifique (CP) partant de la côte du Pacifique rencontra le tronçon de la ligne se dirigeant vers l'est à partir des Prairies canadiennes, sur une petite voie d'évitement à Craigellachie, à l'ouest des Rocheuses, en Colombie-Britannique. Plusieurs hommes d'affaires, entrepreneurs, arpenteurs et travailleurs responsables de la construction du chemin de fer s'y étaient rassemblés pour regarder sir Donald Smith enfoncer le dernier crampon de la ligne reliant le pays d'un océan à l'autre.

Désobéissance civile :
Refus d'obéir aux lois ou aux décrets civils. Ce refus prend habituellement la forme d'une résistance passive. Les personnes qui pratiquent la désobéissance civile enfreignent la loi parce qu'elles la jugent injuste, parce qu'elles veulent attirer l'attention sur cette injustice et parce qu'elles espèrent obtenir la révocation ou la modification de cette loi. Elles sont également disposées à accepter toute pénalité, comme l'emprisonnement.

Documents parlementaires :
Rapports et autres documents incorporés dans les délibérations du corps législatif, généralement en annexe du Journal.

Veuillez lire la rubrique « Procédure parlementaire » dans l'Encyclopédie canadienne en ligne pour de plus amples renseignements.

Dogribs
Une nation autochtone qui vit dans une région située à proximité du Grand lac des Esclaves et du Grand lac de l'Ours dans les Territoires du Nord-Ouest.

Double remaniement (Double shuffle) :
Conformément à une convention parlementaire, les ministres nouvellement nommés devaient quitter leur siège et se présenter à une élection partielle. Cependant, cette règle ne s'appliquait pas à un ministre qui abandonnait sa charge et qui en occupait une autre dans le mois suivant. Afin d'éviter une élection partielle, le gouvernement Macdonald-Cartier avait conçu un plan selon lequel chaque ministre prenait un nouveau portefeuille un jour et, en un autre remaniement rapide, reprenait son ancien portefeuille le jour suivant. Le gouvernement a pu ainsi rester au pouvoir sans devoir se soumettre à une élection partielle.

Doukhobors :
Groupe de colons chrétiens fondamentalistes qui ont émigré de la Russie en 1898-1899. En vertu d'un accord offrant au groupe d'immenses lots pour la colonisation sur les Prairies, quelque 7,500 Doukhobors sont arrivés au Canada pour y vivre après avoir affronté la persécution religieuse dans leur mère patrie. En octobre 1902, environ 1,000 Doukhobors ont traversé les Prairies à pied croyant qu'ils y rencontreraient le Christ lors de sa seconde venue. Lorsqu'ils furent confrontés ou bloqués par la police et les représentants du gouvernement, plusieurs pèlerins ont défilé nus en guise de protestation. Éventuellement, des démêlés avec le gouvernement fédéral touchant la réglementation des terres et diverses dissensions internes au sein de la communauté des Doukhobors ont incité plusieurs d'entre eux à quitter le Canada à compter de 1908 pour se diriger vers les États-Unis.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Droit :
Taxe, particulièrement sur les biens importés à l'intérieur ou emportés à l'extérieur d'un pays.

Dust Bowl, 1929 - 1937 :
La pire sécheresse jamais enregistrée dans le sud des Prairies canadiennes, le Dust Bowl a affecté près du quart de toutes les terres arabes disponibles au pays. Par moments, le sol était tellement sec que les couches en superficie s'envolaient simplement avec le vent, créant d'immenses nuages de poussière qui culminaient souvent au-dessus de la ligne d'horizon. Puisque le Dust Bowl coïncidait avec la Grande dépression, une période de chômage extrêmement élevé et une profonde récession économique, beaucoup de familles furent forcées de complètement abandonner leurs fermes.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

E

Écoles confessionnelles :
Écoles fonctionnant avec une charte religieuse. Au Canada, où l'éducation est contrôlée par chaque province (et non pas par le gouvernement fédéral), les écoles confessionnelles ont existé sous diverses formes dans presque toutes les provinces. Ces écoles sont généralement (mais pas toujours) administrées séparément du système public non confessionnel. Le Québec fait exception et avait des écoles publiques catholiques et protestantes jusqu'à récemment.

Veuillez lire la rubrique « École séparée » dans l'Encyclopédie canadienne en ligne pour de plus amples renseignements sur l'évolution des écoles séparées et confessionnelles dans l'ensemble du Canada.

Émanciper
Accorder plein statut à une personne en tant que citoyen d'un pays ou membre d'un groupe. Avant les temps modernes, les autochtones devaient abandonner leur statut spécial d'Indien s'ils voulaient devenir des citoyens canadiens légitimes et à part entière et obtenir leur droit de vote. Ceci incluait l'abandon de leurs droits autochtones à certaines terres situées sur des réserves spéciales, et autres privilèges. L'objectif du gouvernement fédéral dans les années 1870 était d'assimiler et d'émanciper éventuellement les autochtones dans la société eurocanadienne.

Émeutes antiasiatiques de Vancouver, 1907 :
Le 8 septembre 1907, des membres de la Ligue d'exclusion des Asiatiques ont organisé un grand défilé devant l'hôtel de ville de Vancouver afin de mousser le sentiment antiasiatique. La plupart des quelque 9,000 personnes participantes étaient des Blancs au chômage qui rivalisaient avec les Orientaux pour trouver de l'emploi durant une crise économique. Les chefs de ce groupe ont incité la foule au pillage et à la violence dans le quartier chinois de la ville. La foule a suivi la consigne et a fracassé les vitrines des commerces asiatiques dans tout le quartier affairé du centre-ville. Une commission présidée par William Lyon Mackenzie King, alors sous-ministre du Travail et futur premier ministre, a accordé 26,000 $ en indemnisations à la communauté chinoise et 9,000 $ aux Japonais. Une émeute du même genre s'est également produite à Vancouver en 1887.

Émigrer :
Quitter son pays d'origine pour aller s'établir dans un autre.

Engagés :
Serviteurs liés par contrat à des fermiers ou des commerçants de fourrures en Nouvelle-France. Ces contrats étaient généralement d'une durée de trois ans.

Enquête sur le pipeline de la vallée du Mackenzie
Voir Commission Berger.

Étrangers ennemis :
Durant les périodes de guerres ou de nationalisme agité, certains groupes ethniques risquent d'être soupçonnés de conspiration anti-gouvernementale ou d'être des ennemis de l'État, peu importe qu'ils soient coupables ou pas de telles actions. En tant qu'étrangers ennemis, ces groupes peuvent être emprisonnés dans des camps d'internement, et voir leurs terres et leurs biens confisqués et vendus par le gouvernement sans qu'ils n'aient aucun recours. Aussi, les nouveaux membres de ces groupes ethniques peuvent être empêchés d'entrer au Canada au moyen de révisions à la Loi de l'immigration. Pendant la Première Guerre mondiale, le gouvernement canadien a qualifié d' " étrangers ennemis " les Allemands, les Hongrois et les Ukrainiens résidant déjà au pays pour nulle autre raison que le fait que le Canada était en guerre contre leurs patrie d'origine. Le même sort fut réservé aux Canadien d'origine japonaise durant la Seconde Guerre mondiale.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Esclaves (Indiens)
Une nation autochtone qui vit entre le lac Athabasca et le Grand lac des Esclaves dans les Territoires du Nord-Ouest. Ce lac tire son nom de la tribu des Esclaves.

Exécutif :
Personne, groupe ou branche du gouvernement qui a le pouvoir et la responsabilité de faire appliquer les lois. Au Canada, avant la Confédération, l'exécutif était composé du gouverneur, du Conseil législatif et du Conseil exécutif.

Haut de page

F

Favoritisme :
Octroi de faveurs ou de récompenses à une personne ayant fourni un service précieux. Dans l'histoire du gouvernement canadien, le favoritisme s'est manifesté sous diverses formes allant de la nomination de personnes au Sénat en récompense de loyaux services à la pratique plus frauduleuse consistant à octroyer d'importants contrats gouvernementaux à des commanditaires ou à des amis sans concurrence convenable.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Feuilleton :
Le Feuilleton est l'ordre du jour officiel du Sénat et de la Chambre des communes. Les deux Chambres publient ce document chaque jour de séance. Ce document indique toutes les questions qui peuvent être soumises à l'une des Chambres pour une journée particulière.

Veuillez lire la rubrique « Procédure parlementaire » dans l'Encyclopédie canadienne en ligne pour de plus amples renseignements.

Feuilleton des Avis :
Le Sénat et la Chambre des communes publient un Feuilleton des Avis chaque jour où ils siègent et qui comprend tous les avis de projets de loi, de motions et de questions que les sénateurs, les ministres ou les simples députés désirent soumettre à leur Chambre respective.

Veuillez lire la rubrique « Procédure parlementaire » dans l'Encyclopédie canadienne en ligne pour de plus amples renseignements.

Filles du roi :
Nom donné par Louis XIV aux jeunes filles pionnières envoyées en Nouvelle-France entre 1663 et 1673. Elles furent envoyées pour épouser les colons mâles, en général d'anciens officiers retirés de l'armée et désireux de demeurer dans la colonie. L'idée était d'accroître la population de la colonie étant donné il y avait, à l'époque, trop peu de femmes en Nouvelle-France pour accroître la population par des moyens de reproduction naturelle. Plusieurs filles du roi venaient des orphelinats ou de milieux pauvres en France, bien que quelques-unes d'entre elles étaient issues des classes supérieures. Les religieuses, surtout les Ursulines, ont été les premières à s'occuper de ces femmes lors de leur arrivée dans la colonie.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

G

Gazette :
Journaux gouvernementaux officiels contenant les proclamations du gouverneur, les nominations aux postes gouvernementaux, certains actes, les soumissions concernant des travaux gouvernementaux, des avis de faillite et l'information sur la milice. Sert à diffuser les annonces gouvernementales dans le public.

Veuillez lire la rubrique « Procédure parlementaire » dans l'Encyclopédie canadienne en ligne pour de plus amples renseignements.

La Gazette de Québec/The Quebec Gazette :
Un journal Tory fondé le 21 juin 1764 par William Brown et Thomas Gilmore. Il s'agissait d'une publication bilingue et était principalement composé de messages gouvernementaux. En 1873, la Gazette de Québec s'est jointe au Morning Chronicle pour devenir le Quebec Chronicle and Quebec Gazette. Le 2e juillet 1925, le Quebec Chronicle and Quebec Gazette a fusionné avec son concurrent libéral The Chronicle pour devenir le Chronicle-Telegraph, puis le Quebec Chronicle-Telegraph en 1934.

Gendarmerie royale du Canada (GRC) :
Voir Police montée du Nord-Ouest.

Gens-du-Sang
Une des trois tribus qui composaient la nation des Pieds-Noirs, les Gens-du-Sang appartiennent à la famille linguistique des Algonquins. Ils occupaient autrefois des territoires de chasse allant de la rivière Red Deer jusqu'à la rivière Belly en Alberta, et s'étendant éventuellement vers le sud, dans le Montana, pour favoriser le commerce des fourrures avec les compagnies américaines. À la fin du XIXe siècle, ils se sont établis dans les plus grandes réserves du Canada situées dans les Prairies. James Gladstone, le premier sénateur autochtone du Canada, appartenait aussi à la tribu des Gens-du-Sang.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Globe :
Journal fondé par George Brown le 5 mars 1844. D'abord le journal du parti des réformistes, le lectorat du Globe a augmenté de façon constante jusqu'à ce qu'il puisse se prétendre le « journal national du Canada » juste après 1900. En 1936, il s'est fusionné avec le Mail and Empire pour devenir le Globe and Mail, nom sous lequel il continue d'être publié à ce jour.
Visitez la page Web d'histoire du Globe and Mail pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Gouvernement provisoire :
Un gouvernement dont l'existence ne doit être que temporaire. Lorsque, sous Louis Riel, les Métis ont pris le contrôle de la région de la Rivière-Rouge en 1869, ils ont créé un gouvernement provisoire qui a subsisté jusqu'à ce que le Manitoba entre dans la Confédération l'année suivante.

Gouvernement représentatif :
Terme désignant un gouvernement ayant une assemblée élue. Ces assemblées, selon la tradition britannique, constituent le seul organisme habilité à légiférer et à imposer les citoyens. Au Canada, le gouvernement représentatif a été obtenu pour la première fois en Nouvelle-Écosse en 1758. Malgré cela, les gouverneurs contredisaient ou dissolvaient souvent les assemblées qu'ils n'approuvaient pas, ce qui a engendré les exigences relatives à un « gouvernement responsable » au début du XIXe siècle.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Gouvernement responsable :
Terme désignant un gouvernement responsable devant l'électorat (au moyen d'élections, par exemple). Au Canada, ce terme a été inventé dans les années 1830 au Haut-Canada pour désigner un gouvernement responsable devant les membres élus de la Chambre d'assemblée. Avant 1848, les gouverneurs pouvaient choisir le Conseil exécutif (l'équivalent du Cabinet d'aujourd'hui) sans le soutien de l'Assemblée. Sur instruction du bureau colonial en Grande-Bretagne, le premier gouvernement responsable en Amérique du Nord britannique a été formé en Nouvelle-Écosse en 1848.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Gouverneur :
Représentant officiel du monarque français en Nouvelle-France et, de ce fait, le plus haut fonctionnaire de la colonie. Il était responsable des affaires extérieures, comme les relations avec les peuples autochtones et les Britanniques, et des questions militaires. Il était choisi parmi les nobles français et rendait des comptes au ministère de la Marine.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Grand sceau :
Sceau le plus important d'un pays, qui sert de timbre sur les documents officiels prouvant que le gouvernement les a approuvés.

Grand Trunk Railway :
Compagnie de chemins de fer incorporée en 1852 pour construire un chemin de fer entre Toronto et Montréal. En 1853, elle s'est amalgamée avec cinq autres compagnies de chemins de fer et la ligne ferroviaire est entrée en fonction en décembre 1859. Elle a continué de grandir, appuyée par un financement de la Grande-Bretagne, mais en 1860, elle était endettée de 72 millions de dollars. Un financement du gouvernement canadien l'a sauvée. Continuant à acheter des concurrents et à s'étendre, elle a déclaré faillite en 1919 et a été absorbée par les Chemins de fer nationaux du Canada.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Grande coalition :
Gouvernement formé dans la province du Canada à l'instigation de George Brown en 1864 afin de donner naissance à la Confédération. Parmi les autres leaders, mentionnons John A. Macdonald et George-Étienne Cartier. La coalition a rempli son mandat et a été dissoute après la promulgation de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867 (désormais rebaptisé la Loi constitutionnelle de 1867) et la formation d'un nouveau gouvernement dirigé par Macdonald.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Grande Crise :
Terme s'appliquant à la période de difficultés économiques comprise entre 1929 et 1937. Le taux de chômage a atteint un niveau de 30 p. 100 en 1933 et n'est redescendu en deçà de 12 p. 100 qu'au début de la Seconde Guerre mondiale en 1939. La gravité de la crise a mis en évidence l'absence d'un véritable système d'aide sociale pour aider les personnes dans le besoin et a entraîné une plus grande participation du gouvernement à l'économie et au bien-être social lorsque les conditions se sont améliorées, y compris l'introduction d'un régime national d'assurance-chômage en 1940.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Guerre de 1812 :
La guerre menée de 1812 à 1814 entre les États-Unis et la Grande-Bretagne. On faisait la guerre pour le contrôle des colonies nord-américaines britanniques. Malgré leur nombre inférieur, les forces britanniques, canadiennes et autochtones combinées ont pu repousser l'invasion américaine. En 1814, Napoléon a été vaincu en Europe et les Britanniques ont pu renforcer leurs garnisons en Amérique du Nord. Le traité de Gand a mis fin à la guerre en 1814. Puisque la situation était équilibrée, il n'y a eu aucun échange de territoire. Le conflit a été un événement important pour l'établissement d'une identité canadienne et pour renforcer les liens avec la Grande-Bretagne.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Guerre de Sécession :
Guerre entre le Nord et le Sud des États-Unis, de 1861 à 1865. La principale question à l'origine du conflit était l'esclavage, élément central de l'économie agraire du Sud. Cette question s'est manifestée par la controverse entourant les droits et les pouvoirs des États par rapport aux droits et pouvoirs de l'Union (gouvernement fédéral). Dans un effort pour préserver l'institution qu'était l'esclavage, le Sud a tenté de faire sécession avec l'Union. Cela a déclenché la guerre. La Grande-Bretagne et ses colonies nord-américaines étaient en faveur du Sud dans ce conflit, ce qui a entraîné des tensions et déclenché plusieurs crises avec le gouvernement du Nord et a convaincu beaucoup de gens en Amérique du Nord britannique que la confédération était la voie la plus sûre à suivre pour les colonies. La question des pouvoirs provinciaux par rapport aux pouvoirs fédéraux a également fait l'objet de débats dans les discussions sur la Confédération.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.
Consultez les collections de la Library of Congress: American
Memory
. (Cherchez sous la rubrique HISTORY.)
Visitez le site Web PBS : The Civil War. (Cherchez sous la rubrique THE WAR.)


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Guerre de Sept Ans :
Conflit international qui a duré de 1756 à 1763 et qui opposait la Grande-Bretagne, Hanovre et la Prusse contre la France, l'Autriche, la Suède, la Saxe, la Russie et éventuellement l'Espagne. Bien qu'essentiellement une guerre européenne, la France et la Grande-Bretagne ont lutté pour le contrôle de l'Amérique du Nord. En 1760, les dernières forces françaises importantes ont été vaincues à Montréal. Dans le Traité de Paris de 1763, la France cédait la Nouvelle-France à la Grande-Bretagne de façon permanente.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

H

Habeas corpus :
Bref ou ordre exigeant que les prisonniers soient traduits en justice afin de déterminer si leur détention est légitime. Le droit d'habeas corpus vise à empêcher l'emprisonnement sans accusation. Le droit d'habeas corpus a été suspendu plusieurs fois dans l'histoire canadienne, notamment lorsque les Canadiens d'origine allemande, ukrainienne ou slave ont été internés pendant la Première Guerre mondiale et lorsque les Canadiens d'origine japonaise ont été internés pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a également été suspendu au Québec en 1970 pendant la Crise d'octobre.

Habitant :
Résidant de la Nouvelle-France. À l'origine, ils étaient des francs tenanciers issus des classes pauvres. C'étaient des fermiers et des ouvriers, recrutés soit dans la colonie, soit en France. Le seigneur et l'habitant étaient, toutefois, co-propriétaires de la terre. Parfois, les habitants travaillaient quelques jours au cours de chaque année pour le seigneur.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Hans :
Communauté autochtone établie dans le Yukon. Pendant que certains de leurs descendants demeurent dans la région autour de Dawson et vivent le plus souvent comme leurs concitoyens canadiens contemporains, leur mode de vie traditionnelle (axée sur la chasse et la pêche) a été éliminée par l'affluence des colons américains et canadiens durant la ruée vers l'or du Klondike. Des vagues de colons ont envahi le territoire des Hans en quête d'or, perturbant l'habitat naturel et les sources d'alimentation autrefois abondantes. Dans leur marche vers le nord, les colons ont également apporté des maladies, comme la variole, qui furent particulièrement fatales pour les Hans vu le peu de contacts qu'ils avaient eus jusqu'alors avec l'homme blanc. Les territoires des Hans sont maintenant sous la protection de la Loi sur le règlement des revendications des Inuvialuits de la région ouest de l'Arctique, 1984.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Hansard :
Nom officieux du compte rendu des débats parlementaires et législatifs; le compte rendu sténographique imprimé des délibérations du Sénat ou de la Chambre publié après chaque séance. Les débats sont appelés « hansard » du nom de la famille britannique qui, à l'origine, était chargée de la transcription des débats de la Chambre des communes du Royaume-Uni.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Veuillez également lire la rubrique « Procédure parlementaire » dans l'Encyclopédie canadienne en ligne pour de plus amples renseignements.

Haut-Canada :
Région du Canada qui a formé la base géographique de l'Ontario. Crééà partir de la colonie de Québec par l'Acte constitutionnel de 1791, il a été ainsi nommé en raison de sa position sur le tronçon supérieur du fleuve Saint-Laurent (le Bas-Canada était en aval). La division entre le Bas-Canada et le Haut-Canada était la rivière des Outaouais. L'Acte d'Union de1840 a réuni le Haut-Canada et le Bas-Canada pour former la province du Canada. Les deux régions étaient alors connues sous le nom de Canada-Ouest et de Canada-Est jusqu'à ce que la Confédération créée les provinces de l'Ontario et du Québec.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Home children :
Enfants pauvres ou orphelins de huit à seize ans en général, mais aussi jeunes que quatre, qui furent envoyés de Grande-Bretagne au Canada à la fin des années 1800 et au début des années 1900. Ces enfants étaient placés dans des " foyers d'accueil " (principalement en Ontario) pour une courte durée, puis envoyés sur des fermes dans les communautés rurales des provinces de l'Ouest en tant que main-d'œuvre bon marché. Une agence d'hébergement britannique, les Homes du Dr Barnardo, fondée par Thomas John Barnardo, a placé la plupart de ces enfants au Canada. Mais beaucoup d'entre eux avaient souffert d'abus physiques, émotionnels et psychologiques, surtout les garçons. Avant 1920, des leaders de l'assistance sociale canadienne, tels que J.S. Woodsworth, ont commencé à décrier cette pratique qu'ils jugeaient barbare et inhumaine. Elle cessa graduellement durant la Grande dépression des années 1930, mais seulement en raison des mauvaises conditions économiques.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Homes du Dr Bernardo, Les :
Une importante agence privée d'hébergement britannique - une parmi plusieurs - responsable de l'envoi de pauvres enfants orphelins (ou home children) anglais au Canada entre 1882 et 1939. Fondée par Thomas John Barnardo, cette agence était de loin la plus importante source de jeunes immigrants envoyés au Canada. En fait, elle a placé 1,150 des 2,045 enfants débarqués durant la seule année de 1903. Au moment de la mort de Barnardo en 1905, quelque 18,000 enfants britanniques avaient été envoyés vivre dans des familles rurales soit au Canada, soit en Australie.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Hurons :
Confédération de peuples autochtones qui vivaient dans la région du comté de Simcoe en Ontario au XVIIe siècle. Les tribus de la confédération étaient les Arendaronons, les Ataronchronons, les Attignawantans, les Attigneenongnahacs et les Tahontaenrats. Elles vivaient en villages, pratiquaient l'agriculture et, en raison de leur territoire central, contrôlaient le commerce dans la région. Les décisions étaient prises par deux conseils (un pour les affaires civiles, l'autre pour la guerre). En 1649, leurs ennemis, les Iroquois, ont vaincu les Hurons et les ont dispersés. Ils se nommaient Ouendat (Wendat).


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Huttérites :
Un groupe religieux protestant originaire de la Moravie, région aujourd'hui comprise dans la République tchèque. Les huttérites se sont établis dans les provinces de l'Ouest canadien après l'émigration de certains de leurs membres aux États-Unis vers 1918. Ils ont formé de petites communautés agricoles comptant moins de 150 personnes qui partageaient entre eux la terre, les animaux et les outils selon les règles communautaires prescrites par leurs croyances religieuses. Alors qu'environ les deux tiers de la communauté huttérite mondiale vivent au Canada (plus de 20,000 vivent aujourd'hui en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba), une partie de la société canadienne a, dans le passé, parfois perçu leur mode de vie comme étant trop proche du communisme. Des lois passées en Alberta au milieu du XXe siècle ont limité leur pouvoir d'achat de nouvelles terres, mais ces lois furent abrogées en 1971 avec l'introduction des politiques multiculturelles.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Huttes de terre :
Genre de maison dans les régions rurales des Prairies, surtout avant la Première Grande guerre, qui était entièrement faite de blocs de terre ou de gazon tassé. Ces maisons étaient peu coûteuses et relativement rapides à construire, une nécessité pour beaucoup de ces colons de la région qui, à l'époque, manquaient souvent d'argent et de temps pour construire une véritable maison de brique et de mortier sur leur ferme au cours des premières saisons.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

I

Île Royale :
Nom français de l'île du Cap-Breton. Ce nom a changé lorsque la Grande-Bretagne a obtenu la majeure partie des possessions nord-américaines de la France en vertu du Traité de Paris de 1763.

Île St-Jean :
Nom français de l'Île-du-Prince-Édouard. Ce nom est devenu Island of Saint John lorsque la Grande-Bretagne a obtenu la majeure partie des possessions nord-américaines de la France en vertu du traité de Paris de 1763. L'île est devenue l'Île-du-Prince-Édouard en 1799.

Immigrer :
Entrer dans un pays dans le but de s'y établir.

Impérialisme
Une politique d'expansion territoriale intense entreprise par une nation. L'impérialisme était pratiqué par plusieurs pays autour du monde à travers l'histoire, mais fut particulièrement fort durant la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle en Grande-Bretagne, aux États-Unis et ailleurs. Au cours de cette période, le Canada conservait des liens impériaux très étroits avec la Grande-Bretagne afin d'éviter d'être assimilé par les États-Unis. Par contre, l'expansion britannique à l'intérieur du Canada signifiait que les autochtones perdaient souvent leurs droits devant cette recherche acharnée de nouvelles terres.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Indemniser :
Rembourser les dépenses et dédommager les pertes ou les dommages. Également protéger contre les pertes, assurer. Par exemple, les gens qui avaient aidé l'armée pendant les rébellions de 1837 et 1838 ou qui avaient subi des dommages attribuables aux actions de l'armée ont été dédommagés et protégés par la loi contre les poursuites pouvant découler de leurs actions pour aider l'armée.

Index des journaux :
L'Index des journaux est organisé par sujet et comporte de nombreux renvois. Il comprend des références à chaque article déposé ou présenté à la Chambre des Communes. L'index est mis à jour quotidiennement pendant toute la séance.

Veuillez lire la rubrique « Procédure parlementaire » dans l'Encyclopédie canadienne en ligne pour de plus amples renseignements.

Index Hansard des débats :
L'Index des débats est axé sur les sujets et comporte un très grand nombre de renvois croisés. Il offre une analyse générale du sujet et une ventilation, sous les noms des députés, des sujets que ces derniers ont abordés en Chambre. L'Index est mis à jour quotidiennement et tout au long des séances.

Veuillez lire la rubrique « Procédure parlementaire » dans l'Encyclopédie canadienne en ligne pour de plus amples renseignements.

Indien
À l'origine, ce terme était employé par les Européens pour désigner les peuples autochtones du Canada.

Institut canadien :
Club et groupe de lecture fondé en 1844 comme centre de la culture et du patriotisme canadien-français. Il a rapidement été dominé par des membres du Parti rouge. Leurs points de vue radicaux favorisant l'annexion aux États-Unis et s'opposant à l'Église catholique ont présidés aux efforts de l'évêque de Montréal pour bannir l'Institut. Ces efforts ont réussi à affaiblir l'Institut au point de le forcer de s'éteindre en 1885.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Intendant :
Fonctionnaire colonial français chargé de l'administration de la Nouvelle-France. Bien que techniquement subalterne du gouverneur et de l'évêque, l'intendant disposait de pouvoirs beaucoup plus vastes et influents. Il contrôlait les trois ministères de l'intérieur : justice, administration civile et finances. Cela comprenait des domaines comme les pêches, l'agriculture, la colonisation, l'ordre public, les taxes de développement économique, les travaux publics et bien d'autres. Le roi nommait le titulaire de ce poste et l'intendant était choisi pour sa compétence dans un bassin de gens faisant partie de cercles influents. L'intendant rendait des comptes au ministère de la Marine.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Inuit :
Un groupe de peuples établis dans l'Arctique depuis l'Alaska jusqu'au Groenland. Ils sont arrivés en Alaska en passant par de détroit de Béring il y a environ 4 000 ans, bien après l'arrivée des premiers peuples autochtones il y a entre 20 000 et 30 000 ans. Possédant une meilleure technologie pour affronter le climat rigoureux de l'Arctique, ils ont déplacé d'autres peuples autochtones déjà établis et ont réussi à résister aux efforts de colonisation et d'expansion vers l'ouest de la part des Norses. Le mot Inuit peut se traduire simplement par « peuple ». Autrefois, les Inuits étaient désignés sous le nom d'Eskimos, terme qui, de nos jours, est considéré comme étant désobligeant et péjoratif car il signifie littéralement « mangeurs de viande crue ».


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Iroquois :
Confédération de peuples autochtones vivant à l'origine dans la partie nord de ce qui est aujourd'hui l'État de New York. Les tribus originales étaient les Senecas, les Cayugas, les Oneidas, les Onondagas et les nations mohawks. Les Tuscaroras s'y sont joint au XVIIIe siècle.
Visitez le site Web du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

J

Jésuites :
Parfois désignés sous le nom de Société ou Compagnie de Jésus. Une communauté religieuse oeuvrant surtout comme missionnaires en Nouvelle-France entre 1625 et 1763, elle a tenté sans succès de convertir les autochtones au christianisme. Les autochtones employaient fréquemment l'expression " Robes noires " en parlant des Jésuites pour les distinguer des autres communautés religieuses. L'ordre fut aboli par Rome en 1773 et rétabli en 1814. Ils étaient de retour au Canada en 1842. Depuis cette date, les Jésuites ont construit des églises et diverses institutions d'éducation au Canada.
Pour plus d'informations, visitez le site Web Les voies de la découverte.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Journal :
Relevé officiel des affaires de la Chambre d'assemblée et du Conseil législatif des colonies britanniques de l'Amérique du Nord.

Veuillez lire la rubrique « Procédure parlementaire » dans l'Encyclopédie canadienne en ligne pour de plus amples renseignements.

Haut de page

K

Killistins
Une ramification de la nation des Cris dans le district de la Rivière-Rouge.

Haut de page

L

L'Acte seigneuriale, 1854 :
Loi qui a aboli le système seigneurial dans le Bas-Canada et qui a permis aux tenanciers d'obtenir la possession et le contrôle complets de leur terre.

" Last Best West ", Le, 1896 - 1914 :
Le plus fameux des nombreux slogans publicitaires présentés par le ministère de l'Immigration du Canada et utilisé dans le but d'attirer des nouveaux colons américains et européens dans l'Ouest canadien. Il fut employé dans beaucoup de brochures, prospectus et circulaires destinés aux immigrants.

Lièvres
La tribu des Lièvres vivait au nord du Grand lac de l'Ours, dans une région qui s'étendait, surtout avant les premiers contacts avec les Européens, jusqu'à l'océan Arctique. Ils formaient, parmi les tribus autochtones, l'une des nations les plus nordiques, caractéristique qu'ils partageaient avec les Loucheux et les Inuits. Toutefois, avant la fin du XIXe siècle, il ne restait plus que 600 individus en raison des épidémies et de la famine.

Liste civile :
Liste des sommes à payer aux membres du gouvernement civil et aux fonctionnaires. Cette liste garantissait que les fonctionnaires nommés seraient payés, ce qui a causé des frictions entre les gouverneurs et les Chambres d'assemblée des colonies britanniques d'Amérique du Nord. Les assemblées faisaient valoir qu'elles avaient le droit exclusif d'adopter des projets de loi de finances, et les gouverneurs craignaient que les assemblées ne paieraient pas certaines personnes nommées si on leur accordait ce contrôle. En fin de compte, on est parvenus à un compromis selon lequel les assemblées obtenaient le contrôle des projets de loi de finances en échange de la liste civile.

Ligue d'exclusion des Asiatiques :
Créé en 1905 à San Francisco, en Californie, par des employeurs et des travailleurs blancs, ce mouvement antiasiatique se déplaça rapidement vers le nord dans tous les États américains situés le long de la côte Ouest puis, éventuellement, la région autour de Vancouver, C.-B. Ce groupe raciste souhaitait l'exode de tous les Asiatiques de l'Amérique du Nord par crainte que les immigrants chinois et japonais, une source de main d'œuvre bon marché, n'enlèvent des emplois aux Blancs. La Ligue fut la principale cause des émeutes antiasiatiques à Vancouver en 1907.

Litige au sujet des frontières de l'Alaska, 1903 :
Un désaccord entre le Canada et les É.-U. résultant directement de la ruée vers l'or du Klondike. Quant les Américains achetèrent l'Alaska des Russes en 1867, les É.-U. croyaient posséder toutes les terres des divers fjords situés le long de la côte aujourd'hui connue sous le non d'Enclave de l'Alaska. Le gouvernement canadien voulait empêcher les Américains de revendiquer la possession de ces terres, car ceci aurait bloqué une voie facile aux chercheurs d'or éventuels arrivant par la mer pour se rendre en terre canadienne au Yukon. Le problème fut soumis à un tribunal international en 1903, lequel a rendu un jugement plutôt favorable aux Américains, tout en acceptant de céder quatre îles situées dans la région au Canada. Puisqu'un juge en chef britannique était responsable de ce compromis, plusieurs Canadiens furent très mécontents. Sir Wilfrid Laurier a toutefois admis que le Canada possédait peu sinon aucun pouvoir en matière de traités avec d'autres pays et ne pouvait rien faire.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Livre blanc, 1969
Le Livre blanc a servi de point de départ pour le gouvernement dans les revendications territoriales des autochtones sous la gouvernance de Pierre Trudeau. Il considérait les traités comme des ententes internationales entre des États nationaux, et non pas avec les Premières nations à l'intérieur de la société canadienne. Au départ, son gouvernement ne croyait pas aux revendications territoriales des autochtones parce qu'il était sous l'impression qu'elles étaient trop générales et mal définies. Voir aussi Livre rouge.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Livre rouge, 1970
La réponse des autochtones au Livre blanc du gouvernement fédéral en 1969. C'était une riposte en faveur des Indiens qui avaient signé des traités, déclarant : « il n'y a rien de plus important que nos traités, nos terres et le bien-être de nos futures générations ». Ce livre a réussi à convaincre le gouvernement de changer ses politiques en matières d'affaires autochtones.

Loi :
Statut, acte, décret ou texte législatif fourni par un corps législatif ou judiciaire. Une loi est appelée une ordonnance si elle est créée par le gouverneur. Elle est appelée un acte si elle est créée par la législature.

Loi d'amnistie de 1849 :
La Loi d'amnistie du 1er février 1849 accordait le pardon à tous les participants aux rébellions de 1837 et de 1838.

Loi de l'immigration :
Une loi qui stipule qui peut ou ne peut pas immigrer, travailler ou étudier au Canada ou visiter le pays. Elle fut d'abord introduite au Canada en 1869 et a été révisée à maintes reprises par la suite, afin d'encourager l'immigration de certains pays plutôt que d'autres. Elle vise aussi à décourager l'entrée de criminels, de ceux qui souffrent de maladies graves et d'autres qui sont ou pourraient constituer une menace sérieuse pour la paix, la sécurité et le bien-être des Canadiens.

Loi d'indemnisation des tenanciers, 1872 :
Une loi controversée adoptée à l'Île-du-Prince-Édouard. Elle accorde une indemnisation aux descendants des Loyalistes des Maritimes qui se sont installés sur des terres appartenant à des propriétaires absentéistes, mais qui n'ont jamais reçu des terres ou de l'argent pour le défrichement de ces lots en vue de leur colonisation.

Loi des chemins de fer, 1851 :
Une loi adoptée en 1851 dans le Canada-Ouest et Est pour fixer les règles relatives à la construction et à la maintenance des chemins de fer. Le but était d'éviter que des compagnies ferroviaires véreuses coupent les angles lors de la construction et de la maintenance et d'assurer la sécurité des constructeurs de chemins de fer et des passagers.

Loi des mesures de guerre de 1914 :
Statut octroyant des pouvoirs d'urgence spéciaux au Cabinet fédéral lorsqu'il croit qu'il y a « guerre, invasion ou insurrection, réelle ou appréhendée ». Cela permet au gouvernement de diriger par décret et de suspendre des droits comme l'habeas corpus. Elle a été utilisée lors de la Première Guerre mondiale pour emprisonner les Canadiens d'origine allemande, ukrainienne et slave et pour emprisonner les Canadiens d'origine japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Les propriétés de ces personnes ont également été confisquées. En 1970, la Loi a également été utilisée lors de la Crise d'octobre. Les préoccupations suscitées par cette action ont entraîné une Loi sur les mesures d'urgence plus détaillée et limitée en 1988.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Loi des terres du Dominion, 1872 :
Cette loi établit les règles de base pour la colonisation de l'Ouest après que le gouvernement fédéral ait acheté de la Compagnie de la Baie d'Hudson (CBH) des terres sur les Prairies en 1870. Cette loi a permis que d'immenses lots sur les Prairies soient divisés en townships comprenant 36 sections ou carrés distincts; elle stipulait aussi le mode d'utilisation de ces terres dans les townships. Les sections 11 et 29 devaient être réservées pour la construction d'écoles, et une autre section trois quarts devaient revenir à la CBH. Les autres terres servaient à la colonisation. Cette loi fut révisée et amendée à plusieurs reprises depuis les années 1870 jusqu'aux années 1890 alors que l'utilisation de ces terres s'est modifiée avec la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique (CP) et l'immigration croissante.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Loi d'exclusion des Chinois, 1923 - 1947 :
Une loi extrêmement restrictive adoptée par le gouvernement du Canada qui limita effectivement le nombre des Chinois entrant au pays. Moins de 15 Chinois ont pu entrer au pays pour y demeurer après l'application de cette loi. Seulement trois Chinois reçurent la permission de vivre au pays entre 1924 et 1930.

Loi reportée :
Loi qui n'a pas reçu la sanction royale, qui n'a pas été examinée par les avocats de la Couronne impériale (qui peut être imprimée un ou deux ans plus tard).

Loi sur les Indiens, 1876
Loi fédérale qui traite du statut des Indiens, de leur gouvernance et de l'utilisation des réserves et des finances gouvernementales. Au départ, la loi visait à aider le gouvernement fédéral à assimiler les autochtones dans la culture occidentale. Une nouvelle version de la loi fut adoptée en 1951, et des amendements furent rédigés en 1985 pour modifier la définition du statut d'Indien. Certaines clauses de cette loi qui stipulaient qu'il était illégal pour un autochtone de voter dans des élections, de quitter sa réserve sans permission ou de boire de l'alcool ont été abrogées depuis ou n'ont tout simplement plus été appliquées.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Loi sur la quarantaine, 1872 :
Une loi introduite par le gouvernement canadien qui obligea les vaisseaux transportant des passagers décédés ou malades à accoster à la station de quarantaine de Grosse-Île.

Lois intolérables :
Expression utilisée par les patriotes américains pour décrire cinq lois adoptées par le Parlement britannique en 1774. Il s'agissait de la Quartering Act, de l'Acte de Québec, de la Massachusetts Government Act, de la Administration of Justice Act et de la Boston Port Act. On percevait que l'Acte de Québec empêchait la colonisation et la traite des fourrures entre les fleuves Ohio et Mississippi et sanctionnait le catholicisme et le droit civil français.
Visitez le site Web USHistory.org : The Intolerable Acts pour de plus amples renseignements.

Lord chancelier (aussi Grand chancelier) :
En Grande-Bretagne, le Lord chancelier est le fonctionnaire le plus puissant de l'État, exception faite des princes royaux et de l'archevêque de Canterbury. Il est président de la Chambre des Lords, gardien du Grand sceau et membre du Cabinet par nomination politique. La charge principale du Lord chancelier est de veiller à l'administration efficace de la justice.
Visitez le site Web du Lord chancelier pour de plus amples renseignements.

Loucheux
Les Loucheux (également connus sous le nom de Kutchins) vivent dans le Nord du Canada, à l'ouest du fleuve Mackenzie. Le Territoire du Yukon tire son nom de mot Loucheux qui veut dire grande rivière.

Louisbourg :
Ville fortifiée de l'Île Royale (île du Cap-Breton), fondée par la France en 1713 et détruite en 1758. La ville a été fondée après le traité d'Utrecht de 1713, dans lequel la France cédait des droits sur Terre-Neuve et l'Acadie. La principale occupation de la colonie était la pêche de la morue mais elle était également un important port commercial et une base militaire. Elle a été prise en 1745, mais elle a été rendue par traité. Après sa prise par les Britanniques en 1758 et la cession de la Nouvelle-France à la Grande-Bretagne en vertu du traité de Paris de 1763, elle a été démolie et ses habitants ont été renvoyés en France. Elle a été reconstruite dans les années 1960 comme projet de création d'emplois artificiels et est aujourd'hui une importante attraction touristique.
Visitez le site Web de Parcs Canada - Louisbourg pour de plus amples renseignements.
Visitez le site Web de la Forteresse de Louisbourg pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Loyalistes :
Les personnes qui sont restées loyales à la Couronne britannique pendant la Révolution américaine et qui ont émigré vers le nord dans la vieille province de Québec à la fin de la guerre.

Loyalistes des Maritimes :
Un groupe de colons loyalistes ayant choisi de vivre sur la côte est du Canada après la Révolution américaine plutôt que dans le Haut-Canada. Ceci mena à la création, en 1784, de deux colonies distinctes, Cap-Breton et le Nouveau-Brunswick. La plupart des Loyalistes étaient apparemment un peu plus aristocratiques que ceux qui avaient choisi le Haut-Canada comme leur destination définitive. Toutefois, ce groupe de Loyalistes comprenait également quelque 3,500 Loyalistes noirs et d'anciens esclaves qui furent envoyés vers ces colonies avec la promesse qu'ils y seraient libres pour avoir appuyé la Grande-Bretagne durant la Révolution.

Haut de page

M

Malécites
Cette tribu vivait traditionnellement le long du fleuve Saint-Jean au Nouveau-Brunswick et dans le Maine bien qu'ils aient aussi considéré l'estuaire de la vallée du Saint-Laurent comme leur domicile. En 1996, plus de 4 600 Malécites résidaient au Nouveau-Brunswick.

Mercantilisme :
Théorie économique voulant qu'il y ait une quantité de richesses fixe dans le monde, ou l'idée que les gains d'une nation sont les pertes d'une autre. Lorsque cette théorie était populaire, les nations européennes ont tenté de minimiser leurs importations et d'optimiser leurs exportations. Elles ont créé des barrières à l'importation au moyen de tarifs douaniers et d'autres mesures et elles ont établi des empires coloniaux afin de créer des marchés captifs pour leurs exportations. Les colonies étaient également utiles comme source de matières premières. Au milieu du XVIIIe siècle, le mercantilisme a commencé à s'affaiblir.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Mennonites :
Un groupe religieux et culturel protestant qui a d'abord immigré des États-Unis au Canada après la Révolution américaine de 1776. Mais la plus grande vague arriva de Russie, de la Prusse et des É.-U. entre 1890 et 1914. En général, ceux d'Europe fuyaient la persécution religieuse et étaient attirés par la disponibilité des grandes terres agricoles au Canada durant cette période. De plus, ce groupe pacifiste ou aimant la paix appréciait le fait que le Canada offrait le service militaire non obligatoire. Parmi ceux qui se sont établis ici, beaucoup parlaient des langues germaniques et ils se sont surtout concentrés dans le sud du Manitoba.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Métis :
Le terme « métis » sert à désigner les personnes d'origines autochtones et européennes mélangées et provient d'un ancien mot français signifiant « mélangé ». Ainsi, des Métis ont existé partout où des Européens et des autochtones se sont mariés entre eux, particulièrement le long du fleuve Saint-Laurent et dans l'Ouest. Les Métis de l'Ouest ont particulièrement réussi à établir une culture et une identité nationale. Ils sont entrés en conflit avec le gouvernement canadien à l'occasion de deux rébellions en 1870 et en 1885 au sujet des droits fonciers. Les Métis ont recommencé à revendiquer leurs droits dans les années 1920 et 1930 et ont été officiellement reconnus dans la Loi constitutionnelle de 1982.
Visitez le site Web du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Mi'kmaqs (aussi Micmacs) :
Peuple autochtone vivant dans l'Est du Canada. À l'arrivée des Européens, les Mi'kmaqs occupaient Gaspé et les provinces maritimes à l'est de la rivière Saint-Jean. Depuis, ils ont également établi des colonies à Terre-Neuve et en Nouvelle-Angleterre. La langue Mi'kmaq fait partie de la famille orientale des langues algonquines.
Visitez le site Web du Centre de ressources Mi'kmaq pour de plus amples renseignements.
Visitez le site Web du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Ministère de la Marine :
Section du gouvernement français chargée de la marine, des colonies et du commerce maritime. Créé par Jean-Baptiste Colbert en 1669, le Ministère était divisé en bureaux. Le Bureau du Ponant, rebaptisé Bureau des Colonies en 1710, administrait le Canada.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Mississaugas, Indiens
Autre nom utilisé pour les autochtones Ojibwés qui vivent sur les rives du lac Ontario. Ce sont les colons français qui ont été les premiers à les appeler ainsi. À l'origine, ces autochtones provenaient des établissements situés dans la région de l'embouchure de la rivière Mississauga, près du lac Huron. Ils se sont relocalisés après la défaite des Iroquois et le déplacement des Hurons au milieu du XVIIe siècle.

MLA
Un membre de l'Assemblée législative (Member of the Legislative Assembly) dans toutes les provinces et territoires à l'exception de l'Ontario et du Québec. Après le déclenchement d'une élection générale dans une province ou un territoire, la personne qui remporte le plus grand nombre de voix dans une circonscription devient son MLA.

Mohawks :
Faisant partie de la confédération iroquoise, les Mohawks étaient à l'origine établis le long de la rivière Mohawk. Ils ont participé à une longue guerre avec les Français au XVIIe siècle et ont fini par négocier des traités de neutralité avec les Britanniques et les Français. Les Mohawks sont devenus étroitement liés aux Britanniques au XVIIIe siècle et ont combattu avec les Loyalistes pendant la Révolution américaine. À la fin de la guerre en 1783, ils ont été obligés de se réinstaller dans la vieille province de Québec le long de la rivière Grand et dans la baie de Quinte.
Visitez le site Web du Centre de ressources Mi'kmaq pour de plus amples renseignements.
Visitez le site du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Mormons :
Les pionniers mormons de l'" Église de Jésus-Christ des saints du dernier jour en Amérique ", ont fondée et établie, en 1887, Cardston situé aujourd'hui en Alberta. Ils y ont introduit le premier système d'irrigation et la culture de la betterave à sucre. La première vague d'immigration mormone au Canada a pris fin vers 1910. Alors que la plupart des 100,000 mormons du Canada résident maintenant dans les villes - en particulier à Toronto - il en existe un bon nombre qui vivent dans le sud et le sud-est de Lethbridge, en Alberta.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Mouvement des Féniens :
Société secrète irlandaise et américano-irlandaise organisée dans le but de renverser le régime britannique en Irlande. Une des stratégies adoptées par ce mouvement consistait à envahir et « libérer » les colonies britanniques d'Amérique du Nord. Plusieurs petites incursions ont effectivement eu lieu en 1866 et même si elles ont complètement échoué, la menace perçue a fait pencher l'opinion publique en faveur de la Confédération dans les régions où elle n'avait pas obtenu un appui important.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Mouvement réformiste :
Mouvement comprenant plusieurs factions défendant diverses réformes au gouvernement et à l'administration du Haut-Canada. Né des tensions sociales et économiques suivant la guerre de 1812, le mouvement a commencé à se dissoudre dans les années 1830. Les réformistes modérés étaient dirigés par Robert Baldwin et cherchaient à obtenir le gouvernement responsable alors que les réformistes radicaux voulaient construire une société et une économie basées sur celles des Etats-Unis. Une faction extrémiste dirigée par William Lyon Mackenzie a mené la rébellion de 1837.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

N

Naskapis
Nom donné à un groupe d'Inuits de la région arctique, probablement au XVIIe siècle par des missionnaires français, mais sa véritable origine nous est inconnue. Ils demeurent dans le Nord du Québec et parlent un dialecte de la langue des Cris.

Népotisme :
Favoritisme qu'une personne au pouvoir exerce à l'égard de parents et d'amis, particulièrement en leur octroyant des postes leur offrant du pouvoir, des avantages ou de l'influence.

Nishgas
Historiquement, cette tribu résidait dans la vallée de la rivière Nass dans la partie nord-ouest de la Colombie-Britannique contemporaine. Frank Calder, le premier MLA autochtone du Canada et ministre du Cabinet fédéral, était membre de la tribu des Nishgas. En 1996, cette nation a signé une entente de principe historique avec les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique concernant leurs revendications territoriales. L'entente d'une valeur d'environ 200 millions de dollars fut ratifiée en 2000. Environ 6 000 Nishgas résident actuellement au Canada, surtout sur la côte Ouest.

Nomade :
Personne qui se déplace afin de suivre ses sources d'aliments (par exemple, le buffle) ou de trouver de nouveaux pâturages pour son bétail.

Nouveau Parti démocratique
Tout comme la Co-Operative Commonwealth Federation (CCF) qui l'a précédé, ce parti démocratique et modérément socialiste favorise des politiques pacifistes, milite contre la guerre et supporte l'acquisition par le gouvernement de certaines industries importantes. Bien que, depuis sa création en 1961, il ait formé le gouvernement dans quatre provinces, dont l'Ontario et le Territoire du Yukon, il a connu peu de succès sur la scène fédérale.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Nouvelle-Angleterre :
Les quatre États du Nord-Est des États-Unis, soit le Massachusetts, le New Hampshire, le Rhode Island et le Connecticut.

Nunavut
Un nouveau territoire situé dans l'est de l'Arctique qui fut créé en 1999 en vertu de l'Accord sur les revendications territoriales du Nunavut de 1993. Le gouvernement fédéral a donné une partie de ce territoire aux Inuits pour qu'ils puissent spécifiquement y vivre, chasser et contrôler les ressources du sous-sol. Le gouvernement verse également au territoire une compensation de près de 1,2 milliard de dollars répartie sur une période de 15 ans pour les terres n'appartienant pas aux Inuits.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

O

Ojibwés
Terme dérivé de Ouchibou, le nom fut donné aux autochtones vivant dans les régions au nord-est de la baie Géorgienne et à est du lac Supérieur pendant le XVIIe siècle. Durant la période la plus violente de la compétition entre les Français et les Anglais pour le commerce des fourrures, cette nation s'est ralliée aux Français. Après la dissémination des Hurons au milieu du XVIIe siècle, ils se sont déplacés plus à l'ouest et ont commercé avec d'autres groupes autochtones. Ils se sont éventuellement alliés aux Britanniques durant la guerre de l'Indépendance américaine et la guerre de 1812. La plupart des tribus ojibwées n'ont toutefois signé de traités officiels avec les gouvernements coloniaux ou fédéral que bien après 1850.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Orangistes (Orange Order) :
Association protestante fondée à l'origine en 1795 en Irlande pour commémorer la victoire de Guillaume d'Orange lors de la bataille de la Boyne en 1690. Les Orangistes ont implanté leur association au Canada, fondant la première loge en 1830 dans le Haut-Canada. Les Orangistes accueillaient les colons protestants dans la province mais étaient hostiles aux intérêts des Canadiens français et des catholiques. Beaucoup d'Orangistes étaient actifs en politique, y compris George Brown.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Ordonnance :
Texte législatif produit par un gouverneur, unilatéralement ou sur la recommandation d'un Conseil, en l'absence de législature élue.

Outaouais ou Odawas
Ces peuples de langue algonquine vivaient dans la péninsule de Bruce au moment de la conquête par les Français de la région supérieure des Grands Lacs. La plupart se sont déplacés sur l'île Manitoulin et vers l'endroit où le Michigan s'entrecroise avec les Grands Lacs, à proximité de Sault-Sainte-Marie, en Ontario.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

P

Pacte de famille :
Nom donné à un petit groupe de fonctionnaires du Haut-Canada qui dominait le Conseil exécutif et le Conseil législatif et qui occupait les principaux postes bureaucratiques et judiciaires de la province jusque dans les années 1830. Ces personnes étaient liées par la famille, l'idéologie et les intérêts commerciaux. Elles croyaient à de solides liens impériaux et cherchaient à établir une société selon le modèle britannique. Elles ont résisté aux efforts des réformateurs pour obtenir un gouvernement responsable et sont souvent entrées en conflit avec les membres élus de la Chambre d'assemblée.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Parlement :
Selon la Loi constitutionnelle de 1982, le Parlement est composé du monarque (représenté par le gouverneur général), de la Chambre des communes (la Chambre basse) et du Sénat (la Chambre haute). Le gouverneur général ne joue aujourd'hui qu'un rôle protocolaire. Le Sénat a officiellement des pouvoirs semblables à ceux de la Chambre des communes, mais en pratique le véritable centre du pouvoir est la Chambre des communes. Le gouverneur général, sur la recommandation du premier ministre, nomme les sénateurs. La Chambre des communes est souvent appelée Parlement, même si ce n'est pas strictement exact.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Parti bleu :
Patri politique formé en 1850 par Louis-Hippolyte LaFontaine. Modéré et réformiste, il a travaillé avec les tories anglophones dans le Canada-Ouest et peut être mis en contraste avec le Parti rouge, plus extrémiste. Le Parti bleu et les tories forment la base du Parti conservateur d'aujourd'hui. Les membres du parti étaient appelés des « bleus ».


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Parti canadien :
Parti fondé au début des années 1800 par des professionnels et des marchands canadien-français pour promouvoir l'idée de la responsabilité ministérielle et le contrôle du favoritisme par les Canadiens français. Le journal du Parti était Le Canadien. Il a changé de nom en 1826 pour devenir le Parti patriote.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Parti conservateur :
Le Parti conservateur du Canada trouve ses racines dans le Parti loyaliste (Parti tory) et dans le Parti bleu de la province du Canada avant 1867. En ce sens, les fondateurs du Parti étaient John A. Macdonald et George-Étienne Cartier, qui ont formé le premier gouvernement après la Confédération. À ce moment, le parti était axé sur un engagement envers la Confédération, un gouvernement central fort et une solide croissance économique nationale. Il rejetait les efforts de réforme radicale.
Visitez la page Web d'histoire du Parti conservateur du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Parti libéral :
Le Parti libéral a été fondé après la Confédération en 1867 mais trouve ses racines dans le Parti réformiste (Reform Party) et le Parti rouge. Le premier chef du Parti libéral a été Alexander Mackenzie. Même si le Parti conservateur a dominé la période entre 1867 et 1896, le Parti libéral a été au pouvoir pendant plus d'années que le Parti conservateur depuis lors.
Visitez la page Web d'histoire du Parti libéral du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Progressiste-conservateur, Parti
Le nom officiel du Parti politique conservateur ou tory du Canada entre 1942 et 2003. Avant l'arrivée du Parti réformiste (devenu l'Alliance canadienne) au cours des années 1990, ce parti avait tendance à réunir des conservateurs et des membres de la droite de l'ancien Parti progressiste. Le Parti progressiste-conservateur et l'Alliance se sont fusionnés en décembre 2003 afin d'éviter que le vote de l'aile droite ne soit divisé dans l'éventualité d'une élection fédérale au cours de l'année suivante.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Parti québécois :
Parti nationaliste québécois formé en 1968 à partir du Mouvement souveraineté-association (MSA) et du Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN). Le premier chef du parti était René Lévesque. Le parti a remporté l'élection de 1976 au Québec et, comme promis pendant la campagne d'élection, il a tenu un référendum sur la souveraineté-association en 1980. Ce référendum n'a pas produit un mandat de négocier la souveraineté-association. Un autre référendum a eu lieu en 1995, qui n'a toujours pas produit ce mandat, mais cette fois les résultats ont été beaucoup plus serrés.
Visitez le site Web du Parti Québécois pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Parti réformiste du Canada
Voir Alliance canadienne.

Parti rouge :
Parti établi vers 1848 par des intellectuels canadiens-français radicaux. La plateforme du parti reposait sur des idées républicaines, sur l'abolition du régime seigneurial et sur le suffrage universel. Le parti était également anti-clérical, ce qui a contribué à limiter son attrait populaire. Après la Confédération, le parti a fusionné avec les Clear Grits pour former le Parti libéral.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Patriotes (É.-U.) :
Ceux qui ont aidé les colons des treize colonies à remporter victoire contre la Grande-Bretagne durant la Révolution américaine.

Patriotes :
Nom donné aux membres du parti Canadien en 1826, et du mouvement populaire à l'origine des rébellions de 1837 et 1838. Ce parti majoritairement francophone, dirigé par des marchands et des libéraux, a reçu l'appui des agriculteurs, des ouvriers et des gens de métiers.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Pères de la Confédération :
Désigne généralement toutes les personnes qui ont représenté les colonies de l'Amérique du Nord britannique à une ou plusieurs des trois conférences qui ont préparé la naissance de la fédération canadienne (conférences ayant eu lieu à Charlottetown, à Québec et à Londres (Angleterre) entre 1864 et 1867). L'ancien premier ministre de Terre-Neuve Joey Smallwood était considéré comme un des pères modernes de la Confédération jusqu'à sa mort en 1991.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Pieds-Noirs
La nation des Pieds-Noirs se compose de trois tribus différentes : les Gens-du-Sang, les Peigans et les Pieds-Noirs. (En anglais, le terme Blackfeet est d'usage plus courant aux États-Unis que celui de Blackfoot généralement plus reconnu au Canada). Depuis le milieu du XVIe siècle, les Pieds-Noirs se retrouvaient surtout dans les Prairies de l'Ouest, et leur territoire s'étendait au sud jusqu'à la partie supérieure de la rivière Missouri dans les États américains. Leur population a fluctué et, durant les années 1830, elle fut réduite de moitié à cause des épidémies de petite vérole. Il y a toutefois plus de 25 000 autochtones Pieds-Noirs qui vivent actuellement dans des réserves, surtout le long de la frontière qui sépare l'Alberta du Montana.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Police montée du Nord-Ouest (PMNO) :
Une force policière nationale créée en 1873 en tant que symbole visible de la souveraineté du Canada par rapport aux États-Unis et pour aider à maintenir la loi et l'ordre au Manitoba et dans les Territoires du Nord-Ouest, surtout sur le territoire qui allait devenir l'Alberta et la Saskatchewan. Cette force policière aida les nouveaux colons blancs et les autochtones qui effectuaient la transition vers les réserves indiennes. En 1920, elle a fusionné avec la force du Dominion - une agence policière responsable de la protection des édifices du Parlement à Ottawa et de quelques chantiers navals dans le nord et l'est du Canada - pour devenir la Gendarmerie royale du Canada (GRC).


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Politique coloniale de Colbert :
L'idée proposée par Jean-Baptiste Colbert, ministre français des Finances et des Affaires navales durant les années 1660 et 1670, d'établir quelques colonies bien peuplées et défendables en Nouvelle-France était préférable et à l'opposé d'une expansion territoriale massive préconisée par les explorateurs et, au début, par Jean Talon. Colbert pensait que cette dernière option disperserait les forces militaires françaises dans la nouvelle colonie et les rendrait particulièrement vulnérables face aux ennemis britanniques et autochtones.

Pont de la Confédération :
Achevé le 31 mai 1997, le pont de la Confédération a été construit pour relier l'Île-du-Prince-Édouard (à Borden-Carleton) au continent (à Cap Jourimain, au Nouveau-Brunswick). En raison du pont, le gouvernement fédéral a modifié la constitution en 1993 de façon à éliminer sa garantie de prestation d'un service de traversier vers l'île.

Potlatch :
Cérémonie et coutume sociale pratiquée par les peuples autochtones de la côte Nord-Ouest de l'Amérique du Nord. Le potlatch tenait lieu de célébration et de deuil et rassemblait différentes tribus et différents villages. Les cérémonies pouvaient durer plusieurs jours et comprenaient un échange de cadeaux, le statut du donneur augmentant avec la générosité des cadeaux offerts aux autres. Le potlatch a été banni de 1884 à 1951.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Premiers ministres :
Terme servant à désigner le premier ministre du Canada et les premiers ministres des provinces.

Premières nations
Nom généralement utilisé par les peuples autochtones ou indigènes du Canada pour se décrire eux-mêmes. Ce nom peut parfois comprendre les Métis et les Inuits.

Proclamation sur le pemmican, 1814 :
Une proclamation publiée par le gouverneur de l'Assiniboine, Miles Macdonell, qui interdit l'exportation des provisions de pemmican aux commerçants de fourrures, pour que les colons de la Rivière-Rouge puissent s'alimenter. Ceci déclencha des hostilités entre, d'une part, les commerçants de fourrures français et les Métis et, d'autre part, les résidents de la colonie de Thomas Selkirk et les commerçants de fourrures anglais.

Progressistes
Parti politique fondé en 1920 qui partage des similitudes évidentes avec le parti de l'Alliance canadienne d'aujourd'hui. Le deuxième parti en importance dans la Chambre des communes entre 1921 et 1925, les progressistes furent extrêmement populaires dans l'Ouest canadien et dans les régions rurales de l'Ontario. C'était un parti qui militait contre l'industrialisation et pour l'agriculture et qui appuyait des réformes politiques accordant plus de pouvoirs à l'électorat. Leur refus de se comporter comme un parti politique traditionnel a, ironiquement, contribué à leur inefficacité à réformer le Parlement. Leur popularité commença à diminuer à compter de 1925. Plusieurs progressistes allaient quitter le parti en 1932 pour former un parti socialiste, le Co-Operative Commonwealth Federation (CCF), pendant que ceux qui restèrent se sont éventuellement regroupés avec les conservateurs pour créer le Parti progressiste-conservateur en 1942.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Protestantisme :
Un terme qui réfère à diverses églises qui ont rompu avec le catholicisme romain au XVIe siècle afin de " protester " contre la corruption et les abus internes de l'Église catholique romaine de l'époque. La plupart des gens qui sont d'ascendance britannique au Canada peuvent retracer leur lignée jusqu'à ces églises.

Projet de loi :
Ébauche de loi. Il y a deux types de projets de loi, d'intérêt public et d'intérêt privé, qui peuvent être déposés par le gouvernement ou par un simple député. Un projet de loi doit passer par cinq étapes avant de devenir une loi :

Première lecture
La première lecture se fait par titre seulement, ce qui permet de présenter, d'imprimer et de distribuer le projet de loi.
Deuxième lecture
La deuxième lecture est effectuée devant la Chambre. S'il est confirmé, le projet de loi est transmis à un comité permanent, spécial ou mixte.
Étape du comité
Si un comité a modifié un projet de loi, il sera réimprimé.
Troisième lecture
Le projet de loi peut être adopté, rejeté, renvoyé au comité ou reporté par vote en Chambre. S'il est adopté, le projet de loi est transmis au Sénat.
Étape du Sénat
Les modifications apportées par le Sénat sont listées à l'ordre du jour. Si elles sont adoptées, le projet de loi est prêt pour la sanction royale.

Veuillez lire la rubrique « Procédure parlementaire » dans l'Encyclopédie canadienne en ligne pour de plus amples renseignements.

Propriété franche :
Terre appartenant à vie à son propriétaire, qui a le droit de la léguer à un héritier.

Haut de page

Q

Quakers :
Généralement connus sous le nom de Société religieuse des amis. Les quakers sont une communauté religieuse surtout reconnue pour ses croyances religieuses puritaines, mais aussi pour son opposition à l'esclavage, à la guerre et à la peine capitale. À la fin des années 1600, les quakers ont visité Terre-Neuve. Ils se sont installés en Nouvelle-Écosse au milieu des années 1700, puis dans la région correspondant aujourd'hui au sud de l'Ontario après la Révolution américaine. Des colonies de quakers furent aussi fondées dans l'Ouest canadien au début des années 1900.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

R

Ratifier :
Approuver officiellement un document comme un traité. Par exemple, un gouvernement peut devoir tenir un vote pour ratifier un traité négocié avec un autre pays.

Rébellions de 1837 et 1838 :
Les rébellions étaient des soulèvements armés ayant eu lieu dans le Haut-Canada et le Bas-Canada en 1837 et en 1838. Beaucoup de citoyens du Haut-Canada et du Bas-Canada voulaient des changements dans la structure de leur gouvernement, qui accordait beaucoup de pouvoir aux petites élites dirigeantes du Haut-Canada et du Bas-Canada. Les réformateurs exigeaient que l'on rende l'exécutif responsable envers la législature élue. Ces exigences de changements ont été ignorées par le gouvernement, ce qui a provoqué les rébellions. Les rébellions ont entraîné directement la nomination de Lord Durham qui, dans son Report on the Affairs in British North America, recommandait que les Canadas soient unis en une seule colonie et exigeait l'introduction du gouvernement responsable.

Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour en apprendre davantage sur les rébellions dans le Haut-Canada et le Bas-Canada.

http://www.nlc-bnc.ca/confédération/h18-2001-f.html
http://www.nlc-bnc.ca/confédération/h18-2002-f.html


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Rébellions de Riel
Deux rébellions dirigées en 1870 et 1885 par le Métis controversé Louis Riel dans les provinces actuelles du Manitoba et de la Saskatchewan. La rébellion de la Rivière-Rouge en 1870 et la rébellion du Nord-Ouest en 1885 constituent en quelque sorte des tentatives de la part des Métis pour conserver leurs droits territoriaux et leur culture.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Récollets:
Un groupe de missionnaires et de prêtes arrivés d'abord en Nouvelle-France en 1615, bien qu'ils se retrouvent aussi en Acadie et à Terre-Neuve. Ils suivaient l'enseignement de Saint-François et vivaient de manière très simple sous le Régime français. Lorsque les Britanniques ont pris contrôle de la Nouvelle-France en 1763, ils ont interdit à ces missionnaires de recruter des novices et la communauté disparaît donc en 1848. Ils sont toutefois revenus au Canada en 1888.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Réfugiés :
Ceux qui fuient leur mère patrie pour échapper au danger ou à la persécution. Les premiers réfugiés au Canada furent les Loyalistes. Parmi les réfugiés des années 1800, il y a eu les Noirs qui fuyaient l'esclavage dans le sud des États-Unis, puis les Doukhobors et les Mennonites qui fuyaient la persécution religieuse en Russie avant 1880. Avant le début de la Grande guerre de 1914, le Canada était ouvert à la plupart des réfugiés à l'exception des Chinois et des Noirs. Ce ne fut pas avant la fin de la Seconde Grande guerre en 1945 que les réfugiés furent de nouveau accueillis en grand nombre, en raison d'une économie florissante et d'une forte demande de main-d'œuvre.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Régime des partis :
Au Canada, le système de gouvernement selon lequel les personnes ayant des croyances sociales, économiques ou politiques semblables constituent un parti et tentent d'accéder au pouvoir par des moyens constitutionnels (c.-à-d. en remportant le plus grand nombre de sièges au Parlement lors d'une élection). Une fois au pouvoir, ce parti fait la promotion de ses objectifs politiques. Le régime des partis au Canada est né au milieu des années 1800 et repose sur des valeurs libérales-démocrates. Après la Confédération, les deux principaux partis étaient le Parti conservateur et le Parti libéral.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Réserves
Terres qui sont mises de côté par le gouvernement fédéral pour les détenteurs de statut d'Indien. Bien que le gouvernement soit propriétaire de ces terres, la bande qui habite sur une réserve particulière est responsable de son administration.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Réserves de la Couronne:
C'étaient des lots réservés non utilisés ni habités que possédait le gouvernement colonial britannique au début des années 1800, comparables aujourd'hui aux terres de la Couronne que détiennent les gouvernements fédéral et provinciaux. Mais, en raison de la manière dont ces réserves étaient disposées dans le Haut-Canada, la distance entre les fermes était plus grande qu'aux États-Unis. Puisque les colons se retrouvaient plus isolés les uns des autres, la valeur foncière de ces fermes était diminuée. Après la guerre de 1812, les réserves de la Couronne tombèrent sous le contrôle des riches propriétaires fonciers du pacte de famille. On commença à vendre ces terres à de grandes compagnies qui les concédaient (comme la Canada Company) simplement pour en tirer des profits. Ceci est devenu un sujet de controverse important chez les fermiers moins bien nantis qui cherchaient à obtenir un gouvernement responsable plus équitable. Indirectement, les réserves de la Couronne ont constitué une des causes de la rébellion de 1837.

Réserves du clergé :
Terres réservées par la Loi constitutionnelle en 1791 pour l'Église anglicane. Les terres pouvaient être louées pour fournir à l'Église un revenu lui permettant de couvrir ses dépenses. Les réserves du clergé sont devenues source de controverse lorsque d'autres confessions religieuses ont protesté contre l'utilisation exclusive des réserves par l'Église anglicane. En 1854, les réserves ont été sécularisées.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Responsabilité ministérielle :
Au Canada, la doctrine de responsabilité ministérielle est un prolongement des principes de gouvernement responsable en vertu duquel l'exécutif est responsable devant la Chambre. Conformément à la responsabilité ministérielle, chaque ministre est responsable devant la Chambre des communes de la conduite de chaque fonctionnaire travaillant dans son ministère. Un ministre peut être tenu d'examiner les allégations d'incompétence ou d'irrégularité dans son ministère et de prendre les mesures appropriées. Le ministre doit assumer la responsabilité personnelle de tout acte important de mauvaise gestion. Dans les cas extrêmes, le ministre peut être tenu de démissionner.

La revendication de l'Arctique de l'Ouest : Convention définitive des Inuvialuits, 1984
Une loi approuvée par le Parlement et couvert par la Charte des droits et libertés de 1982. Son objectif est la sauvegarde de la faune et de la culture inuite, et vise à donner aux peuples Inuits de l'Arctique de l'Ouest le contrôle de l'utilisation de leurs ressources. Cette loi ne peut désormais être amendée sans l'approbation des Inuits de la région.

Revendications territoriales
Un processus légal qui permet au gouvernement fédéral d'accorder aux autochtones la pleine reconnaissance de leurs droits légaux selon les traités signés par leurs ancêtres ou, dans le cas des Métis et des Inuits, en tant que premiers habitants du Canada. Le processus vise avant tout à régler les titres territoriaux, les droits autochtones et les droits conférés par les traités, et son objectif est de créer un changement social et économique. Il arrive parfois que des gouvernements provinciaux et territoriaux ou encore d'autres groupes soient impliqués dans le processus.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Révolution américaine :
Également connue sous le nom de guerre d'indépendance américaine. La révolution, qui a duré de 1775 à 1783, était fondée sur le mécontentement des treize colonies en ce qui concerne les taxes, la représentation au gouvernement et les limites de croissance imposées par les traités britanniques. Une fois la guerre éclatée, deux armées ont envahi la province de Québec mais ont été défaites. La plupart des Canadiens français sont restés neutres alors que la plupart des gens de Nouvelle-Écosse, de l'Île St. John (maintenant l'Île-du-Prince-Édouard) et de Terre-Neuve étaient loyaux à la Couronne. En 1781, les forces britanniques ont été vaincues et, en 1783, la Grande-Bretagne a reconnu l'indépendance des États-Unis dans le traité de Paris. Après la guerre, 40 000 réfugiés loyalistes ont émigré au nord vers ce qui est maintenant l'Ontario, le Québec, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick. Cela a formé le noyau de ce qui deviendrait plus tard le Canada.
Consultez les collections de la Library of Congress : American Memory pour de plus amples renseignements.
Visitez le site Web de PBS : Liberty! The American Revolution pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Révolution tranquille, la :
Période de changement social rapide au Québec entre 1960 et 1966. Elle était caractérisée par un rejet des valeurs conservatrices et de l'autorité de l'Église catholique. Les libéraux ont effectué une grande variété de réformes, entre autres une loi concernant une assurance-hospitalisation fédérale-provinciale, une révision du Code du travail, un régime de pension et la transformation du statut légal de la femme d'inférieure à égale de l'homme.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Ruée vers l'or du Klondike :
La découverte de l'or dans la rivière du Yukon en août 1896 a marqué le début de l'une des plus fameuses rués vers l'or de tous les temps. La nouvelle de la découverte aux États-Unis l'année suivante a déclanché une véritable débandade quand quelque 100,000 personnes se sont dirigées en masse vers le Yukon, espérant faire rapidement fortune en moins de trois ans. Cette affluence a donné lieu à la naissance de nouvelles villes comme Dawson qui devint sous peu la plus grosse ville au nord de Seattle et à l'ouest de Winnipeg. Pendant une courte période, la prostitution serait tolérée à Dawson et la ville pourrait bientôt se vanter de pouvoir profiter des commodités récentes, telles que l'électricité, mais aussi des saloons, des salles de danse et des maisons de jeu. La ruée vers l'or atteindrait son apogée assez tôt (1897 - 1900), mais quelque 50 millions de dollars seraient finalement extraits du Yukon avant 1901.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

S

Sainte-Marie-des-Hurons :
Mission catholique romaine dirigée par les Jésuites entre 1639 et 1649 et située aux abords de la baie Géorgienne, près de Midland, en Ontario. Probablement la première colonie d'importance dans ce qui deviendrait le Haut-Canada, elle servait de lieu de retraite pour les prêtres et de centre pour la conversion des autochtones hurons au christianisme. La mission fut détruite et réduite en cendres quand des guerriers iroquois ont attaqué les Hurons à la fin des années 1640. Aujourd'hui, une reconstitution de cet établissement fortifié constitue une attraction touristique.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Saukings ou Saugeens
Nation autochtone issue de la nation des Ojibwés qui occupait le sud-ouest de l'Ontario, surtout durant les années 1830 lorsque le lieutenant-gouverneur du Haut-Canada, sir Francis Bond Head, souhaitait que les Saugeens cèdent leurs terres au sud de la baie Géorgienne. Il voulait qu'ils se déplacent plus au nord, sur des terres moins hospitalières sur et autour de l'île Manitoulin.

Saulteaux
Une ramification de la nation des Chippewas dans le district de la Rivière-Rouge.

Scandale du Pacifique :
Le scandale du Pacifique est né de l'octroi irrégulier d'un contrat de construction d'un chemin de fer vers l'océan Pacifique. Le premier ministre sir John A. Macdonald avait demandé à sir Hugh Allan la somme 360 000 $ pour l'aider à remporter une élection en 1872 et lui avait accordé le contrat peu après. Les politiciens libéraux, menés par Alexander Mackenzie et les journaux contrôlés par les libéraux, ont révélé ces faits au public et le gouvernement a été vaincu en 1873.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Séculariser :
Éliminer les influences religieuses.

Sédition :
Discours ou acte encourageant le mécontentement ou la rébellion contre un gouvernement.

Ségrégation :
La séparation d'un groupe d'individus d'un autre, généralement basée sur la race.

Sénat :
Créé en vertu de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867 (désormais rebaptisé la Loi constitutionnelle de 1867), le Sénat est la Chambre haute du Parlement. Il partage plusieurs droits avec la Chambre des communes, mais il est rare qu'il lance une loi ou refuse d'adopter une loi de la Chambre basse. Ses membres sont nommés par le gouverneur général sur la recommandation du premier ministre, généralement selon les lignes du parti et de la région, et siègent jusqu'à l'âge de 75 ans. Le nombre de sénateurs et la durée de leur mandat ont changé plusieurs fois depuis 1867.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Serment d'allégeance :
Serment exprimant la loyauté envers un monarque régnant. En 1755, les Britanniques ont déporté les Acadiens en raison de leur réticence à prononcer un serment d'allégeance. De 1763 jusqu'à 1774, les habitants francophones du Québec ne pouvaient pas occuper de postes officiels au gouvernement parce que le serment qu'ils devaient prononcer (tiré de la Test Act de 1678) obligeait tous les titulaires de charges à accepter officiellement des articles de la foi protestante - articles qu'aucun catholique ne pouvait accepter en toute conscience. L'Acte de Québec de 1774 révisait le serment afin de retirer toute référence à la foi religieuse.

Serment du Test (Test Acts) :
Établies en Grande-Bretagne, ces lois exigeaient qu'une personne déclare sa religion ou ses croyances religieuses pour déterminer si elle avait le droit d'occuper une charge publique. À partir de la fin du XVIe siècle, l'Église anglicane était la confession religieuse officielle en Grande-Bretagne. Par conséquent, les catholiques romains et les autres protestants n'avaient pas le droit d'occuper une charge en vertu de ces lois. À la fin du XIXe siècle, les tests ont été abolis.
Texte de la seconde Test Act de 1678

Sikhs :
Immigrants originaires de la région du Panjab, en Inde. Les premiers immigrants sont arrivés au Canada entre 1905 et 1908 quand ils furent engagés comme ouvriers, surtout pour la construction des chemins de fer. Des Indiens d'Asie (ne pas confondre avec les autochtones) sont éventuellement venus d'autres régions de l'Indus, en Inde, depuis 1968 environ et ils se sont établis à travers le Canada. Les plus fortes concentrations se retrouvent toutefois en Colombie-Britannique et dans le sud de l'Ontario.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Six nations
Voir Iroquois.

Socialisme :
Un système économique selon lequel le gouvernement détient et contrôle quelques services et industries clés comme, par exemple, l'hydro et les assurances, au nom du bien public. Le Nouveau parti démocratique (NPD) et la Fédération du Commonwealth coopératif (FCC) sont des exemples de partis politiques socialistes ayant ont existé au Canada. Voir aussi communisme et capitalisme.

Société d'État :
Organisme qui appartient à un gouvernement fédéral ou provincial et qui fonctionne selon des secteurs d'activités. Cet organisme jouit ainsi de plus de liberté dans ses opérations mais demeure en fin de compte responsable envers un ministre ou un ministère. Postes Canada et Petro-Canada figurent parmi les plus importantes sociétés d'État du pays.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Souveraineté-association/Sovereignty-association :
Le slogan et l'objectif principal du Parti québécois (PQ) depuis 1970, décrit explicitement en 1978. Le PQ cherchait l'indépendance politique du Canada (souveraineté) tout en maintenant des liens économiques (association). Un référendum en 1980 a demandé au peuple québécois un mandat de négociation de la souveraineté-association, mais la proposition a été rejetée. Un autre référendum a eu lieu en 1995 pour demander un mandat semblable et a de nouveau été rejetéu, mais de peu.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Statut d'Indien
S'adresse aux peuples autochtones visés par des lois contenues dans la Loi sur les Indiens, et qui peuvent « posséder »des terres uniquement sur une réserve. Les Indiens sans statut sont ceux qui descendent des Indiens et qui s'identifient à eux, mais qui ont abandonné leurs droits légaux, soit volontairement soit par le mariage avec un Indien sans statut (par exemple, une personne de race blanche). En 1985, le gouvernement fédéral a déposé le projet de loi C-31 pour amender la Loi sur les Indiens de manière à conférer le statut d'Indien à toutes les femmes autochtones, à leurs enfants et aux autochtones déjà émancipés.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Stoneys
Connus aussi sous le vocable de Stoneys-Nakodas ou « Sioux des montagnes Rocheuses ». Ils s'apparentent aux Assiniboines sur le plan linguistique, mais quelques membres de leurs tribus présentent des différences culturelles et linguistiques. La tradition orale raconte que ces peuples autochtones ont vécu au pied des montagnes Rocheuses depuis les temps immémoriaux, mais faisaient partie de la nation des Lakotas-Dakotas des Prairies. Les Stoneys se sont séparés de cette nation au cours du XVIIe siècle et ont commencé à s'associer avec les Cris. Ils ont voyagé avec eux vers l'ouest, sans doute dans le but d'éviter la perturbation de leur mode de vie causée par la colonisation européenne et les épidémies.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Succession d'Espagne, Guerre de la :
La guerre menée entre 1702 et 1713 au sujet de prétentions contradictoires au trône espagnol. La Hollande, la Grande-Bretagne et la plupart des États allemands ont combattu la France, l'Espagne, la Bavière, le Portugal et la Savoie. Le conflit s'est étendu à l'Amérique du Nord, la France et la Grande-Bretagne subissant des pertes et gagnant des territoires. En vertu du traité d'Utrecht de 1713, la France a renoncé à ses prétentions sur Terre-Neuve et l'Acadie et a rendu les territoires pris dans la baie d'Hudson à la Grande-Bretagne. La Nouvelle-France, l'Île St-Jean (maintenant l'Île-du-Prince-Édouard) et l'Île Royale (maintenant l'île du Cap-Breton) sont cependant restés français jusqu'au traité de Paris de 1763.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Système judiciaire inquisitoire :

Méthode de droit selon laquelle des juges ou d'autres fonctionnaires cherchent à obtenir d'un suspect une reconnaissance de culpabilité. Ils l'interrogent sur toutes les circonstances du crime. En des temps plus anciens, on utilisait également la torture. On présume la culpabilité jusqu'à preuve de l'innocence. Ce système est à l'opposé du système accusatoire.

Système judiciaire accusatoire :
Système de justice axé sur le modèle britannique, dans lequel deux avocats (le procureur et la partie défenderesse) présentent des exposés opposés en audience publique. Un juge ou un jury règle l'affaire en fonction du bien-fondé des arguments présentés. Un accusé est présumé innocent jusqu'à preuve de sa culpabilité. Ce système peut être comparé au système inquisitoire.

Haut de page

T

Taxe d'entrée sur les Chinois :
Une taxe destinée à endiguer le flot de l'immigration chinoise au Canada à la fin des années 1800 et au début des années 1900. En 1885, l'Acte de l'immigration chinoise fut adopté afin d'imposer une taxe d'entrée à chaque Chinois. En 1900, ce montant passe à 100 $ puis, en 1903, à 500 $. (Cinq cents dollars en 1903 équivalaient, estimait-on, à deux ans de salaire pour un ouvrier chinois.) Le gouvernement canadien a collecté 23 millions de dollars avec cette taxe. Mais cela n'a pas suffisamment ralenti l'immigration des Orientaux, et le gouvernement fédéral décida éventuellement de prendre une mesure plus radicale en adoptant, en 1923, la Loi d'exclusion des Chinois.

Tenure seigneuriale :
Forme de propriété d'origine féodale. Elle comporte des droits de propriété doubles : la propriété du seigneur sur toutes les terres de sa seigneurie et la propriété de chaque censitaire (personne vivant sur la terre et en assurant l'exploitation). Le régime de tenure seigneuriale a été établi en Nouvelle-France en 1627. La Couronne française accordait des droits légaux et de propriété d'un ensemble de terres à des personnes influentes (seigneurs) qui à leur tour louaient et cédaient à bail ces terres à des censitaires qui devaient payer une redevance annuelle. Une seigneurie était un lopin de terre octroyé de cette façon.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Terre de Rupert :
Portion de l'Amérique du Nord accordée par Charles II d'Angleterre à la Compagnie de la Baie d'Hudson dans la charte de 1670 de la compagnie. Nommée en l'honneur du prince Rupert, le premier gouverneur de la compagnie, la zone accordée était le bassin hydrographique complet de la baie d'Hudson, incluant des portions du Québec et de l'Ontario, tout le Manitoba, la majeure partie de la Saskatchewan et le sud de l'Alberta de même que des portions du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest. En 1869, la Compagnie a rendu le territoire à la Couronne et, en 1870, le territoire a été annexé par le Canada.
Visitez le site Web L'exploration, le commerce de la fourrure et Compagnie de la Baie d'Hudson pour de plus amples renseignements.
Visitez la page Web d'histoire de la Compagnie de la Baie d'Hudson pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Territoire indien
Une bande de terre accordée aux autochtones par la Grande-Bretagne en accord avec la Proclamation royale de 1763. Elle s'étendait depuis ce qui est aujourd'hui le Labrador et le centre du Québec jusqu'à la région des Grands Lacs et les vallées du Mississippi et de la rivière Ohio, à l'ouest des treize colonies. Ce territoire fut spécialement accordé aux autochtones pour la colonisation, la chasse et la pêche, mais demeura dans le domaine de la Grande-Bretagne. Graduellement, les colons européens ont reculé les frontières de ce territoire plus à l'ouest et au sud, à l'intérieur des États-Unis à la fin des années 1700 et au début des années 1800, jusqu'à ce qu'il occupe le territoire maintenant connu sous le nom d'Oklahoma.

Tory :
Nom désignant les membres du Parti conservateur et de ses prédécesseurs. D'origine irlandaise, il est devenu le nom du parti politique britannique possédant des croyances conservatrices et appuyant la suprématie de l'Église anglicane. Il a continué d'être utilisé pour le Parti conservateur britannique et, après 1867, pour le Parti conservateur canadien.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Traité :
Entente ou accord conclu par négociation. Par exemple, un contrat écrit entre deux ou plusieurs autorités ou partis politiques, officiellement signé par leurs représentants et dûment reconnu comme obligatoire.

Traité Ashburton-Webster, 1842 :
Connu aussi sous le nom de traité de Washington. Ce traité d'importance mineure entre le Canada et les É.-U. a fixé la frontière entre les deux nations en partant du lac Huron jusqu'au lac des Bois dans le nord-ouest de l'Ontario actuel. De manière plus controversée, il établit également la frontière entre le Nouveau-Brunswick et le Maine, où des établissements acadiens au sud de la rivière Saint-Jean furent cédés aux Américains. Ceci fut perçu comme une concession britannique en vue de plaire aux É.-U.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Traité de Gand :
Traité mettant fin à la guerre de 1812. Aucun des deux côtés n'avait l'avantage dans la situation militaire, donc le traité ramenait simplement les nations à la situation qui existait avant la guerre.

Traité de Jay, 1794
Traité signé entre le Canada et les États-Unis. Après la Révolution américaine, en 1783, les autochtones des États-Unis nouvellement créés furent repoussés plus à l'ouest par les colons blancs malgré le fait que la Proclamation royale de 1763 leur avait réservé un territoire indien qui leur était propre. Il s'ensuivit des conflits armés entre le nouveau gouvernement américain et les autochtones aboutissant à la bataille de Fallen Timbers en 1794. Les autochtones ont perdu. Afin de prévenir une guerre à grande échelle entre les États-Unis et la Grande-Bretagne suite à cette défaite, les Britanniques ont répliqué avec un traité de paix qui ferait en sorte que tous les administrateurs de la Couronne seraient retirés de leurs postes au sud des Grands Lacs avant juin 1796. Le traité contenait aussi une nouvelle clause britannique qui permettait aux autochtones de traverser librement la frontière entre le Canada et les États-Unis sans aucune restriction.

Traités de paix et de fraternité, 1725 - 1789
Diverses ententes signées entre les autochtones et les gouvernements coloniaux dans les régions maritimes du Canada et des États-Unis liant les indigènes à leurs promesses de conserver la paix durant les époques d'expansion coloniale.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Traité de réciprocité :
Traité en vigueur entre 1854 et 1866. Le traité est né d'un conflit au sujet des droits de pêche sur la côte atlantique et a été négocié par le gouverneur général Lord Elgin. Il comprenait un accès ouvert pour les pêcheurs des deux pays au pêche (au nord du 36e degré de latitude nord aux États-Unis) et le libre-échange pour beaucoup d'autres biens. En raison d'un certain nombre de facteurs, il est devenu caduc en 1866, et les efforts produits pour le ressusciter dans les années 1880 et à nouveau en 1911 par sir Wilfred Laurier ont échoué. Le libre-échange n'est devenu une réalité qu'avec la signature de l'Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis en 1989.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online



Traité de Selkirk
En 1811, James Selkirk a acheté de la Compagnie de la Baie d'Hudson des terres dans le sud de ce qui est aujourd'hui la province du Manitoba, terres qui devaient servir l'année suivante à l'implantation de la colonie de la Rivière-Rouge. Il a signé le traité de Selkirk avec les autochtones de la région en 1817 pour obtenir des terres le long de la Rivière-Rouge. Mais éventuellement, toutes les terres non habitées qui avaient été acquises par ce traité ont été vendues en 1869 au gouvernement fédéral, une des principales causes du déclenchement de la rébellion de la Rivière-Rouge.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Traité de Niagara, 1764
Le traité de Niagara était un traité de paix qui créa une nouvelle chaîne d'alliance entre la Grande-Bretagne et les nations autochtones situées à l'ouest des Grands Lacs, dont la confédération des Iroquois et les nations algonquine et huronne. Les Britanniques étaient en guerre contre certaines de ces nations depuis 1760. Ce traité, qui faisait suite à la Proclamation royale de 1763, assurait des négociations justes et délibérées entre les Britanniques et les autochtones concernant les réclamations territoriales. En juillet 1764, le Congrès de Niagara s'est réuni et incluait des membres de 24 nations autochtones et des représentants de la Couronne. Plus de 2 000 personnes y ont assisté.

Traité des Nishgas, 1996 - 2000
Traité signé en 1996 entre le gouvernement de la Colombie-Britannique et la tribu des Nishgas de cette province. Il a reçu l'assentiment royal du gouvernement fédéral en 2000, malgré l'opposition de l'ancien Parti réformiste (devenu l'Alliance canadienne) qui a retardé son adoption dans la Chambre des communes en 1999. Le traité a accordé environ 196 millions de dollars à la tribu (somme attribuée sur une période de 15 ans), plus l'autodétermination de leur communauté et le contrôle des ressources naturelles dans leur région située au nord-ouest de la Colombie-Britannique. Voir aussi l'affaire Calder.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Traité de Williams, 1923
Dernier des principaux traités de cession de terres avant 1950. Ce traité a éclairci les revendications territoriales en faveur du gouvernement fédéral dans les régions du sud et du centre de l'Ontario où des traités officiels n'avaient jamais été signés. Contrairement aux autres traités, les autochtones dans cette partie du Canada ont cédé non seulement leurs droits territoriaux, mais aussi leurs droits de chasse et de pêche sur les terres cédées.

Traités de l'île de Vancouver
Voir Traités Douglas.

Traités de la province du Canada, 1850 - 1864
Une série de traités signés entre le gouvernement colonial et les autochtones qui ont amené ces derniers à céder leurs droits territoriaux et le contrôle de leurs ressources dans ce qui est aujourd'hui le Nord de l'Ontario.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Traités Douglas, 1850 - 1854
Également connus sous le nom de traités de l'île de Vancouver. Une série de 14 traités négociés entre les autochtones et le gouvernement colonial de l'île de Vancouver, représenté par le gouverneur de l'île, sir James Douglas. Ces traités ont vu les autochtones céder à tout jamais leurs droits sur une étendue d'environ 360 milles carrés sur l'île de Vancouver, pour des fins d'expansion coloniale et industrielle.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Traités du Haut-Canada, 1764 - 1836
Séries de traités signés entre le gouvernement colonial et les autochtones vivant dans le sud et le centre de l'Ontario pour permettre la cession de petits territoires.

Traités numérotés, 1871 - 1911
Connus aussi sous le nom de traités post-Confédération ou traités de cession de terres. Il s'agit d'une série de 11 traités signés entre le gouvernement fédéral et les diverses tribus autochtones des Prairies et du Nord canadien sur une période de quatre décennies à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Les tribus autochtones ont cédé tous leurs droits sur de grandes étendues de terres (et les ressources qu'elles contenaient) en échange de réserves territoriales et d'autres formes d'assistance gouvernementale. Alors que le statut d'Indien ne leur permettait pas de vivre en dehors des réserves, ils pouvaient quand même jouir de leurs droits de chasse et de pêche à l'intérieur.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online


Traités post-Confédération
Voir Traités numérotés.

Treize colonies (colonies américaines) :
Colonies ayant formé les États-Unis d'Amérique en se libérant du contrôle britannique par la Révolution américaine. Il s'agissait du Massachusetts, du New Hampshire, du Rhode Island, du Connecticut, de New York, de la Pennsylvanie, du New Jersey, du Delaware, du Maryland, de la Virginie, de la Caroline du Nord, de la Caroline du Sud et de la Géorgie.

Triangle de Palliser :
Une région extrêmement aride des Prairies canadiennes qui traverse le sud de l'Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba qui sert à l'agriculture. Le nom de l'explorateur John Palliser a été donné à cette région parfois sévèrement touchée par la sécheresse. Les temps furent particulièrement difficiles durant le Dust Bowl des années 1930.

Tuscaroras
Une tribu souvent considérée comme faisant partie de la nation iroquoise puisqu'elle était liée à la chaîne d'alliance. Les Tuscaroras résidaient principalement dans la région qui est devenue l'État de New York.

Haut de page

U

Union des Maritimes :
Union des colonies britanniques nord-américaines du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve et de l'Île-du-Prince-Édouard qui a été proposée en 1863 et en 1864. Le projet était mené par Arthur Hamilton Gordon, lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick, par ambition personnelle afin de créer une colonie plus forte contre les États-Unis et de réduire les coûts administratifs. Une conférence visant à débattre de la question a été organisée en 1864, conférence à laquelle la province du Canada a demandé d'être invitée pour discuter d'une union plus vaste de toutes les colonies. L'idée d'une union des Maritimes a rapidement été abandonnée lors de la Conférence de Charlottetown en septembre 1864.
Visitez le site Web de la Bibliothèque nationale du Canada pour de plus amples renseignements.

Ursulines :
Religieuses de la communauté de Sainte-Ursule, laquelle est engagée dans l'enseignement et la protection des jeunes filles autochtones et françaises. Elles sont arrivées à Québec en 1639 et, depuis ce temps, elles ont fondé de nombreuses institutions religieuses au Canada, et en particulier au Canada français.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

V

Variole :
Une maladie virale très contagieuse et souvent fatale, caractérisée par la fièvre, la faiblesse et des gales qui laissent des cicatrices. Elle fut utilisée comme arme biologique contre les tribus autochtones durant la guerre de 1756 à 1763.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Voyageurs :
Aventuriers autorisés qui voyageaient en canot de Montréal vers l'intérieur du Canada durant la première époque de la traite des fourrures des années 1600 et 1700. Ils agissaient comme intermédiaires entre les commerçants de Montréal et les alliés autochtones qui avaient accès aux peaux de castor.


MORE IN THE Canadian Encyclopedia Online

Haut de page

W

Workingmen's Protective Association :
Un mouvement très en vue et raciste dirigé contre les Chinois fondé en Colombie-Britannique chez les ouvriers blancs durant l'élection fédérale canadienne de 1878. Chaque membre de ce groupe promettait de ne pas engager d'ouvriers chinois ou fréquenter les lieux d'affaires appartenant à des Orientaux, craignant que les Asiatiques prendraient leurs emplois et détruiraient leur mode de vie. La question chinoise amènerait les membres de ce groupe à affronter les hommes politiques durant les élections fédérales, provinciales et municipales à la fin des années 1800. Beaucoup d'hommes politiques, craignant de perdre le vote des Blancs dont ils avaient besoin pour remporter la victoire, ont commencé à dénoncer la communauté chinoise en public. Cette attitude raciste subsisterait chez beaucoup d'hommes politiques de la C.-B. pendant une bonne partie du XXe siècle, et contribuerait à des gestes comme l'internement des Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale. Noah Shakespeare, maire raciste et député de Victoria, en C.-B., durant les années 1880, fut notamment élu président de cette association en 1879.

Haut de page

X

Haut de page

Y

Haut de page

Z

Haut de page

Image
Image
  ImageHaut de page Image
Image Image
Image