L’histoire locale et familiale d’Ontario

Les Ontariens sont jalousement fiers de leur histoire locale et familiale, mais cette histoire demeure en grande partie inaccessible, tant pour les chercheurs que pour les folkloristes, puisqu’elle est enfouie dans des bibliothèques et centres d’archives de petite taille dispersés d’un bout à l’autre de cette vaste province. Pour répondre à la demande de ses membres, Canadiana.org a considérablement renforcé ses efforts dans ce domaine afin d’offrir et améliorer l’accès aux documents de sa collection qui relatent la riche histoire contextuelle de la colonisation, de l’industrie, de la vie culturelle et de l’administration locale du Haut-Canada à l’époque coloniale et de l’Ontario à ses débuts.

Map of Ontario Counties

La génération née des premières vagues de colons loyalistes traverse un siècle tumultueux. C’est l’époque des canaux et des chemins de fer, des réformateurs et des réactionnaires, des Orangistes et des Féniens, des grandes fortunes et des effondrements financiers spectaculaires. Au départ, la colonisation essentiellement rurale du Haut-Canada longe la lisière sud du Bouclier Canadien, suivant un réseau routier constitué de chemins de terre frayés à travers les régions sauvages par les tuniques rouges du gouverneur Simcoe. Vers la fin du siècle, des industries, des mines et des rails de chemins de fer sont disséminés sur tout le territoire ontarien. Dans les années 1880, des centrales hydroélectriques éclairent la ville d’Ottawa, puis d’autres villes peu après. La ville de Windsor devient peu à peu un centre d’importation et de fabrication d’automobiles, alors que les richesses minières de la nouvelle province de l’Ontario entraînent la prospérité et la colonisation de North Bay et de Sault Ste Marie. Lorsque les Bogarts, les Brocks et les O'Connors de l’Ontario font leurs premiers pas, York est une ville de garnison sans envergure; lorsqu’ils prennent leur retraite, Toronto est déjà un centre commercial et bancaire rivalisant avec Montréal en termes de taille, de richesse et de puissance.

L’histoire locale et familiale ouvre une fenêtre unique et concrète sur le monde à la fois affairé et austère de l’époque Victorienne, un monde pris entre l’innovation et la tradition, un monde où les moustaches cirées et les foires agricoles coexistent avec les parades de l’Ordre d’Orange et les paniques semées par les Féniens, les marches et les contremarches militaires du dimanche au nom de la reine et de la patrie, avec baïonnettes (ou manches à balai) prêtes à contrer la double menace de la rébellion et du républicanisme. Les premiers Ontariens constituent une population fortement – et parfois même excessivement – politisée qui aime débattre de l’éducation, de l’agriculture, de la religion, de la prohibition et, de plus en plus, du travail. Les tories se battent contre les réformistes, alimentant ainsi des rancunes sectaires avec insouciance, alors que les élites politiques issues des professions juridiques, médicales et du monde des affaires viennent progressivement soutirer le pouvoir aux anciennes cliques coloniales.

Peu avant la Confédération, Queen’s Park abolit le dernier des vieux districts provinciaux, enchâssant ainsi les comtés de l’Ontario dans un ensemble d’unités gouvernementales entièrement autonomes. À maints égards, l’histoire du premier siècle de l’Ontario correspond à l’histoire de ces comtés. Dans un premier temps, des propriétaires fonciers despotes tentent en vain de reproduire le mode de vie de l’aristocratie anglaise dans les comtés de Elgin, Wellington et Brant en s’établissant sur de vastes superficies situées à proximité de Galt, là où, quelques années plus tard, le sol résonnera au son de la machinerie industrielle. Dans l’est de l’Ontario, après s’être déplacés le long de la vallée du Saint-Laurent, les Canadiens français fondent Saint-Jacques d'Embrun dans les terres fertiles de Prescott et Russell. Leurs voisins dans le comté de Dundas récoltent des pêches et des pommes, alors que dans la péninsule du Niagara qui jouit d’un climat plus tempéré, la production des poires, de la vigne et, à partir des années 1860, du fromage et autres produits laitiers est à l’honneur. Dans les collines boisées et les marécages lugubres des comtés de Renfrew et de Carleton, le boom forestier des années 1830 donne naissance à la ville de Pembroke, ainsi qu’à Bytown, une ville sombre vivant du commerce du bois qui, en 1857, deviendra le récipiendaire d’une distinction inattendue.

L’environnement urbain et son développement sont des sujets qui retiennent de plus en plus l’attention dans plusieurs domaines. Aussi, représentent-ils l’un des grands champs d’action de ce projet. Dans la banlieue luxuriante de Hamilton, les classes moyennes aisées donnent naissance à une architecture florissante. Ailleurs, les ouvriers des filatures et des usines vivent une vie urbaine fort différente maquée par les courses de chevaux dans les rues, les bagarres et le désordre, la malpropreté et le choléra, les incendies dévastateurs et les explosions d’égouts. C’est là un monde indigent de l’ère victorienne qui a laissé peu de traces physiques sous les boulevards paysagers et les aménagements immobiliers du monde contemporain.

Les titres de cette collection offrent, entre autres, des éléments d’histoire orale et d’anciennes photos patrimoniales et jettent la lumière sur des lieux et des gens qui permettront aux Canadiens d’établir des liens pertinents avec la vie et l’expérience des générations d’autrefois. Des ajouts subséquents à la collection étendront la portée du projet au Québec, aux Maritimes et à l’Ouest canadien.

Titres sélectionnés

Dr. A.B. Cecil Dando, Sault Ste. Marie
Dr. A.B. Cecil Dando, Sault Ste. Marie

Early History of St. Mark's (Niagara, 1909)

Historic Buildings (Niagara Historical Society, 1911)

Inscriptions and Graves in the Niagara Peninsula (1910)

Pioneer Papers (Simcoe County Pioneer and Historical Society, Barrie, 1910)

List of Subscribers to the Missionary and Other Extra Parochial Funds (Anglican Diocese of Ottawa, 1916)

Constitution and by-laws of the Hamilton Automobile Club and list of members (1911)

Sault Ste. Marie, Ontario (1908)

1884-1914, thirty year's history of First Baptist Church, Brantford (1914)

Port Hope Historical Sketches (1901)

Annals of sixty years, Cooke's Presbyterian Church, Toronto, 1851- 1910 (1910)

Historical Sketch and Calendar of Pupils, 1855-1904 (Berlin Collegiate and Technical Institute, Kitchener, 1904)

The History and Family of Cornelius Moore (Welland, 1920)

The Chadwicks of Guelph and Toronto and their Cousins (1914)

The Chadwicks of Guelph and Toronto and their Cousins (1916)

A Register of Marriages and Baptisms in the Gore and London Districts (1903)

The Revd. John Stuart, D.D., U.E.L., of Kingston, U.C, and his Family (1920)

The Nott Family Record (Toronto, 1906)

Genealogy of the Wright Family (Sarnia, c. 1928)

Ancestors and Descendents of Richard Griffin, of Smithville (Hamilton, 1924)

The Genealogy and Historical Sketch of the Stouffer Family (1918)